Exposition « La France vue du Grand Siècle – Dessins d’Israël Silvestre »
15 mars — 25 juin 2018
Musée du Louvre

Israël Silvestre (1621—1691) est l’un des principaux graveurs français à l’époque de Louis XIV. Le musée du Louvre expose une importante sélection de ses dessins dans l’espace dédié aux Arts graphiques de la rotonde Sully.

Plusieurs feuilles, restaurées pour l’occasion, sont présentées pour la première fois.

Découvrons ensemble le parcours de l’exposition et quelques œuvres en images.

« Vue du collège des Quatre-Nations » (vers 1670) par Israël Silvestre

« Portrait d’Israël Silvestre » (vers 1671) par Gérard Edelinck (1640-1707)

Membre de l’Académie royale de peinture et de sculpture, Silvestre bénéficiait d’un logement dans les Galeries du Louvre. Il fut également le « maître à dessiner » du Dauphin, le fils aîné de Louis XIV.

[Israël Silvestre] abandonna les maîtres qu’il avait tant étudiés et s’attacha à copier la nature ; de là le grand nombre de vues, tant de Paris que des environs, qu’il dessina et qu’il a gravées plus tard. C’est ainsi qu’on trouve dans son œuvre des vues de monuments qui n’existaient plus lorsqu’il les a gravées. » – L.-E. Faucheux dans le « Catalogue raisonné de toutes les estampes qui forment l’œuvre d’Israël Silvestre » (1857)

« La promenade sur l’eau » (vers 1635) par Israël Silvestre

Rome

Le voyage à Rome constituait une étape incontournable pour tout jeune artiste du XVIIe siècle. Israël Silvestre découvrit la ville à l’âge de 17 ans et rencontra à cette occasion le peintre Charles Le Brun avec lequel il noua des liens d’amitié. La femme de Le Brun, Suzanne Butay, sera la marraine de la fille aînée de Silvestre.

« Vue du Campo Vaccino » par Israël Silvestre

« L’Église de la Trinité-des-Monts à Rome » (vers 1638-1644) par Israël Silvestre

« Vue de la Porte du Peuple à Rome » par Israël Silvestre

A l’occasion d’une étape de son trajet vers Rome, Silvestre exécuta une vue de la Porte Royale de Marseille, alors située près de l’actuelle Canebière.

« La Porte Royale à Marseille » (vers 1643-1644) par Israël Silvestre

Vaux-le-Vicomte

Lorsque le surintendant des Finances Nicolas Fouquet construisit le château de Vaux-le-Vicomte, Israël Silvestre travailla sur ce grand chantier aux côtés de l’architecte Louis Le Vau, du dessinateur de jardins André Le Nôtre et du décorateur Charles Le Brun.

C’était aussi cette maison magnifique, avec ses accompagnements et ses jardins, lesquels Silvestre m’avait montrés, et que ma mémoire conservait avec un grand soin, comme étant les plus précieuses pièces de son trésor. » – Jean De La Fontaine dans « Le songe de Vaux »

« Château de Vaux, vue de la fontaine du parterre de la couronne » (vers 1659-1661) par Israël Silvestre

« Château de Vaux-le-Vicomte, vues et perspectives » (vers 1659-1661) par Israël Silvestre

Les grandes fêtes royales

Israël Silvestre représenta les fêtes royales, notamment le Carrousel du Louvre donné par Louis XIV en 1662 au cours duquel le monarque exposa sa nouvelle autorité de « Roi Soleil ». 10 à 15.000 spectateurs assistèrent à ce grand spectacle équestre dans le jardin des Tuileries.

[Les peuples] se plaisent au spectacle, où au fond on a toujours pour but de leur plaire […]. Par là, nous tenons leur esprit et leur cœur, quelquefois plus fortement peut-être, que par les récompenses et les bienfaits. » – Louis XIV dans ses « Mémoires »

« La marche triomphale du Carrousel de 1662. Cortège de la quadrille du duc d’Enghien » par Israël Silvestre

« Une figure en habit de turc pour le bal masqué de la Grande Antichambre du roi au Louvre » par Israël Silvestre

« Hommage rendu au cardinal Chigi dans la salle de bal du château de Fontainebleau » par Israël Silvestre

Châteaux et villes conquises

En 1665, Israël Silvestre fut envoyé en Lorraine et dans les Ardennes par Colbert pour dessiner les villes ayant nouvellement rejoint la Couronne de France.

« Vue du château de Fontainebleau » (détail) par Israël Silvestre

Il s’attacha plus particulièrement à copier la nature et à la voir par ses propres yeux. […] il était si ardent à ne rien laisser échapper de remarquable, si soigneux, si prompt à exécuter que, lors même qu’il ne faisait que passer par un endroit et qu’il avait à peine le temps de s’y reconnaître, il savait si bien ménager les moments qu’il n’en sortait point sans en emporter quelque vue.  » – Pierre Jean Mariette, grand collectionneur, à propos d’Israël Silvestre

« Vue du château de Fontainebleau depuis l’Étang » par Israël Silvestre

« Vue du château de Jametz » (1665) par Israël Silvestre

Montmorency

Silvestre exécuta plusieurs vues de la maison que Charles Le Brun s’était fait construire à Montmorency. Le Brun a soutenu la carrière d’Israël Silvestre au travers de plusieurs commandes et jusqu’à son admission à l’Académie Royale de Peinture et de Sculpture.

« Vue de la maison de Charles Le Brun à Montmorency du côté ouest » (vers 1675-1679) par Israël Silvestre

« Vue de la grande grotte des jardins de Charles Le Brun à Montmorency » (vers 1675-1679) par Israël Silvestre

Versailles

Israël Silvestre a réalisé de nombreuses gravures représentant les façades et les plans du château de Versailles. Dans l’exposition du Louvre, ses œuvres sont mises en regard des réalisations d’Adam Pérelle et de Jean-Baptiste Alexandre Le Blond (le coup de cœur du Scribe !).

« Vue du château de Versailles depuis l’avant-cour » (1682) par Israël Silvestre

« Vue de Versailles du côté des écuries (vues vers l’ouest) » attribuée à Adam Pérelle

« Vue des écuries du roi à Versailles » attribuée à Jean-Baptiste Alexandre Le Blond

« Les Plaisirs de l’île enchantée. Troisième journée. Théâtre au milieu du grand étang » par Israël Silvestre

« Vue du bosquet de la Renommée » par Israël Silvestre

Meudon

Le marquis de Louvois, ministre de la Guerre, était le propriétaire du château et du parc de Meudon où il se rendait « pour travailler en repos et ne donner aucune audience ». Silvestre réalisa plusieurs dessins « sur le vif » en préparation d’une série d’estampes.

« Vue du parterre de la grotte du château de Meudon » (vers 1683-1685) par Israël Silvestre

Israël Silvestre meurt en 1691 à l’âge de 70 ans dans son appartement du Louvre.
Il est enterré dans l’église Saint-Germain-l’Auxerrois de Paris.

Exposition « La France vue du Grand Siècle – Dessins d’Israël Silvestre »
15 mars — 25 juin 2018
Musée du Louvre

« Vue du Palais Cardinal » (vers 1649) par Israël Silvestre

Sources :
– notice sur la vie de l’artiste dans le « Catalogue raisonné de toutes les estampes qui forment l’œuvre d’Israël Silvestre » (1857) par L.-E. Faucheux
– dossier de presse de l’exposition

Commentez cet article