[Visite privée] « La Fabrique de l’Extravagance » à Chantilly

0

Exposition « La Fabrique de l’Extravagance. Porcelaines de Meissen et de Chantilly »
5 septembre 2020 – 3 janvier 2021
Grands Appartements du château de Chantilly

Frédéric-Auguste de Saxe (1670-1733), électeur de Saxe et roi de Pologne, était atteint de la « maladie de porcelaine », amassant les plus belles céramiques avec frénésie. Sa collection de porcelaines chinoises et japonaises monta à près de 25.000 pièces. Fondée à Meissen, sa manufacture de porcelaine connut un succès fulgurant.
En France, Louis-Henri de Bourbon-Condé fut l’un des grands mécènes de la première moitié du XVIIIe siècle. Grand collectionneur d’objets d’art, il fit à son tour créer une manufacture de porcelaine à Chantilly.

Jusqu’au 3 janvier 2021, les porcelaines de Meissen et de Chantilly se déploient joyeusement dans les Grands Appartements du château, grâce à la scénographie fascinante et colorée de Peter Marino.

Suivez Mathieu Deldicque, conservateur du Patrimoine et commissaire de l’exposition, à la découverte de cet « or blanc » du XVIIIe siècle.

Ancien élève de l’École nationale des chartes et docteur en histoire de l’art, Mathieu Deldicque a notamment été commissaire des expositions « La Joconde nue : le mystère enfin dévoilé » en 2019 et « Raphaël à Chantilly » en 2020 au domaine de Chantilly.

Paire de chiens Fô – Porcelaine de Chine, dynastie Qing (1644-1911) – Musée national du château de Fontainebleau

Singes et singeries – Scénographie de Peter Marino pour l’exposition « La Fabrique de l’Extravagance »

Chinois lisant surmontant une boîte carrée (vers 1740) – Porcelaine de Chantilly – Musée national de la Céramique (Sèvres)

La manufacture de Chantilly se fit une véritable spécialité des magots ou pagodes, ces personnages assis et ventripotents aux lobes développés, habillés comme des moines, représentant généralement le dieu bouddhiste de la bonne fortune ou de la joie.

« Shou-Lao, dieu de longévité » (vers 1735-1740) – Porcelaine de Chantilly – Musée des Arts décoratifs (Paris)

Vase-cage (vers 1700) – Porcelaine du Japon – Musée national du château de Pau

À l’origine doté d’anses en forme de têtes d’éléphant, ce vase-cage japonais (photo ci-dessus) donne l’illusion d’une cage à oiseau. Il revient pour la première fois au château de Chantilly depuis sa confiscation apendant la Révolution.

À gauche : Pagode à tête et mains mobiles (vers 1730-1740) – Porcelaine de Meissen- Musée national de la Céramique (Sèvres)

Éléphant (vers 1735-1740) – Porcelaine de Chantilly – Musée des Arts décoratifs (Paris)

Toutes les photographies par @scribeaccroupi.

Rollier d’Europe (vers 1735-1736) – Porcelaine de Meissen – Collection particulière

En savoir +

Consultez la page dédiée à l’exposition sur le site Internet du Domaine de Chantilly

Au centre : Héron (1732) – Porcelaine de Meissen – Staatliche Kunstammlungen (Dresde)

Les grands oiseaux blancs figurent parmi les pièces de porcelaine les plus spectaculaires jamais produites par Meissen. Le héron (photo ci-dessus) est représenté en train de faire sa toilette, glissant son long bec dans son plumage. Le problème de structure induit par les maigres pattes de l’oiseau, qui ne pouvaient supporter son lourd corps, fut résolu en plaçant derrière elles un bosquet de roseaux, son habitat naturel.

« Vautour dévorant un cacatoès » (1734) – Porcelaine de Meissen -Musée national de la Céramique (Sèvres)

Exposition « La Fabrique de l’Extravagance. Porcelaines de Meissen et de Chantilly »
5 septembre 2020 – 3 janvier 2021
Grands Appartements du château de Chantilly

Détail du « Concert de singes » de la Pendule à orgue (vers 1755-1760) – Porcelaine de Meissen – Petit Palais (Paris)

Suivez l’actualité du domaine de Chantilly sur Twitter : @chantillydomain

Détail de « Rhinocéros avec un oriental monté en pendule » (vers 1750-1755) – Porcelaine de Meissen – Collection particulière

COMMENTEZ CET ARTICLE