[Chef-d’œuvre] « Paysage de tempête avec Pyrame et Thisbé » de Nicolas Poussin

619

« Paysage de tempête avec Pyrame et Thisbé »
Nicolas Poussin (1594-1665)
Städelsches Kunstinstitut (Francfort-sur-le-Main)

Mickaël Szanto, maître de conférences à Sorbonne Université, commente ce tableau conservé au Städel Museum de Francfort.

« Paysage de tempête avec Pyrame et Thisbé » par Nicolas Poussin (1594-1665) – Städelsches Kunstinstitut (Francfort-sur-le-Main)

Ce grand paysage de Nicolas Poussin est l’une des rares peintures à propos desquelles Poussin lui-même se soit livré :

« J’ai essayé de représenter une tempête sur terre, imitant le mieux que j’ai pu, l’effet d’un vent impétueux, d’un air rempli d’obscurité, de pluie, d’éclairs et de foudres qui tombent en plusieurs endroits, non sans y faire du désordre. » – Nicolas Poussin, lettre à Jacques Stella (1651)

« Toutes les figures qu’on y voit, jouent leur personnage selon le temps qu’il fait ; les unes fuient au travers de la poussière et suivent le vent qui les emporte ; d’autres au contraire vont contre le vent et marchent avec peine, mettant leurs mains devant leurs yeux. » – Nicolas Poussin, lettre à Jacques Stella (1651)

« D’un côté un berger court et abandonne son troupeau, voyant un lion, qui, après avoir mis par terre certains bouviers, en attaque d’autres, dont les uns se défendent et les autres piquent leurs bœufs et tâchent de se sauver. Dans ce désordre, la poussière s’élève par gros tourbillons. Un chien assez éloigné aboie et se hérisse le poil, sans oser approcher. » – Nicolas Poussin, lettre à Jacques Stella (1651)

« Sur le devant du tableau l’on voit Pyrame, mort et étendu par terre, et auprès de lui Thisbé qui s’abandonne à la douleur. » – Nicolas Poussin, lettre à Jacques Stella (1651)

Comme le souligne Mickaël Szanto dans le catalogue de l’exposition, le sujet principal représenté par Poussin n’est donc pas la tragédie amoureuse de Pyrame et Thisbé mais une tempête. Curieusement, l’eau du vaste lac – qui est le cœur de la composition – est paisible et immobile.

La puissance statique du lac s’oppose à l‘orage des passions humaines dont il est l’arrière-plan. Car, conformément à la fable relatée par Ovide dans ses « Métamorphoses », Thisbé va bientôt se donner la mort, incapable de survivre à Pyrame dont elle est passionnément éprise.

Source pour le texte : catalogue de l’exposition

Cette vidéo est extraite de la visite privée de l’exposition « Poussin et l’amour », présentée du 26 novembre 2022 au 5 mars 2023 au musée des Beaux-Arts de Lyon.

COMMENTEZ CET ARTICLE