Exposition « Émailler le verre à la Renaissance. Sur les traces des artistes verriers entre Venise et France »
13 octobre 2021 – 14 février 2022
Musée national de la Renaissance – Château d’Écouen

L’exposition du musée national de la Renaissance rassemble un ensemble inédit de splendides verres émaillés et dorés réalisés à la Renaissance… ou plus tardivement. En effet, certains objets qui ont fasciné les cours européennes de la Renaissance et les collectionneurs du XIXe siècle, intriguent les historiens de l’art. Dès le début du XVIe siècle, de nombreux ateliers de verriers sont apparus partout en Europe, notamment en France, s’employant à développer leur propre production « à la façon de Venise ». Au XIXe siècle, l’engouement se traduit aussi par l’apparition de faux.

Cette exposition permet de présenter les résultats de longues années de recherche et d’une collaboration entre le musée du Louvre, le musée national de la Renaissance et le Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF) dans le cadre du projet « Cristallo ».

Cette visite privée passionnante est conduite par Aurélie Gerbier, conservatrice du patrimoine au musée national de la Renaissance, et Françoise Barbe, conservatrice en chef au département des Objets d’art du musée du Louvre.

Gobelet-reliquaire à décor végétal trouvé dans la chapelle de Marie à Triesen – Recettes vénitiennes de la Renaissance – Musée national du Liechtenstein (Vaduz)

Commissariat de l’exposition

Commissariat général
Thierry Crépin-Leblond, conservateur général du patrimoine, directeur du musée national de la
Renaissance, Château d’Écouen
Commissariat scientifique
Aurélie Gerbier, conservatrice du patrimoine au musée national de la Renaissance, Château
d’Écouen
Françoise Barbe, conservatrice en chef au département des Objets d’art du musée du Louvre
Isabelle Biron, ingénieure de recherche au C2RMF

Gobelets trouvés lors des fouilles de l’ancien monastère de Santa Chiara de Cella Nova (Padoue) – Surintendance archéologique de Padoue

L’essor de la verrerie vénitienne est lié à une série d’innovations techniques, parmi lesquelles le cristallo, un verre d’une grande pureté mis au point au milieu du XVe siècle. En parallèle, la décoration dorée et émaillée, déjà en usage à Venise aux XIIIe et XIVe siècles, connaît un renouveau, donnant naissance à une production ornée de motifs géométriques, religieux, héraldiques, ou encore à l’antique.

Coupe couverte sur pied : « Le Triomphe de la Chasteté » – Recettes vénitiennes de la Renaissance – Musée du Louvre, département des Objets d’art

Au sein d’un corpus de plus d’un millier d’œuvres, les travaux de recherche ont permis de déterminer des critères objectifs définissant les recettes vénitiennes de la Renaissance à partir des livres de recettes anciens et des bases de données compilant les compositions chimiques d’objets de référence.

Aiguière à décor végétal, coupe à deux anses et pot cylindrique sur pied couvert – Musée du Louvre, département des Objets d’art

Le succès de la verrerie vénitienne entraîne rapidement l’apparition en Europe d’ateliers travaillant à la façon de Venise. En Italie, les verreries sont nombreuses aux XVe et XVIe siècles, en Toscane ou en Ligurie et dans certaines régions européennes comme la Catalogne et les régions germaniques.

Gobelet sur pied à décor all’antica – Incompatible avec les recettes vénitiennes de la Renaissance – Musée des Arts Décoratifs (Paris)
Gobelet sur pied : deux putti chevauchant des dauphins – Musée du Louvre, département des Objets d’art

Un focus particulier est porté sur les gourdes dites de pèlerin, très semblables par leur forme et par leur décor mais hétérogènes du point de vue de leur composition chimique.

Gourdes de pèlerin

Une section de l’exposition est consacrée à la production de verre émaillé et doré en France au XVIe siècle, connue par une trentaine de pièces complètes et des fragments archéologiques.

Verre dit « aux Hallebardiers » – France (milieu du XVIe siècle) – Musée national de la Renaissance

Le parcours s’achève au XIXe siècle, lorsque les amateurs d’art développent un intérêt marqué pour des courants artistiques des siècles antérieurs. Les verres vénitiens de la Renaissance sont alors très recherchés, en particulier ceux à décor émaillé et doré. Pour répondre à cette demande croissante, se développe alors une production de pièces historicistes ou de copies mais aussi des restaurations ou encore des faux.

Gobelet aux deux portraits – Façon de Venise ou copie postérieure (?) – XVIe siècle – première moitié du XIXe siècle – Musée du Louvre, département des Objets d’art
Coupe aux armes de Catherine de Médicis – France (?) (seconde moitié du XIXe siècle pour l’émail)  – Musée national de la Renaissance
Bouteille aux armes de Catherine de Médicis – Musée de la Renaissance

Catalogue de l’exposition

Le catalogue, rédigé sous la direction d’Aurélie Gerbier, Françoise Barbe et Isabelle Biron et publié aux Éditions RMN-GP, réunit les contributions de spécialistes renommés de l’histoire de l’art du verre de la Renaissance.

Coupe sur pied – Recettes vénitiennes de la Renaissance – Musée national de la Renaissance

En savoir +

Retrouvez le Musée national de la Renaissance sur Internet et sur les réseaux sociaux :

www.musee-renaissance.fr
www.facebook.com/musee.renaissance.officiel
www.twitter.com/chateau_ecouen

Revoir l’exposition « Graver la Renaissance »

En 2019-2020, le Musée national de la Renaissance proposait une exposition consacrée à l’art d’Étienne Delaune (1518/19-1583), orfèvre et graveur français, et à son influence sur les arts décoratifs.
Cliquez sur l’image ci-dessous pour suivre la visite privée proposée par Julie Rohou, conservateur du patrimoine.

Exposition « Émailler le verre à la Renaissance. Sur les traces des artistes verriers entre Venise et France »
13 octobre 2021 – 14 février 2022
Musée national de la Renaissance – Château d’Écouen
Rue Jean Bullant
95440 Écouen

1 COMMENTAIRE

COMMENTEZ CET ARTICLE