[Chef-d’œuvre] « La Crucifixion » par François Marchand

0

« La Crucifixion » (vers 1540-1543)
François Marchand (mort en 1551)
Beaux-Arts de Paris

Ce bas-relief en albâtre est conservé aux Beaux-Arts de Paris. Même si les sources sont contradictoires, il est possible d’affirmer aujourd’hui qu’il provient du maître-autel de l’église du monastère de Saint-Père à Chartres.

Dans cette vidéo extraite de la visite privée de l’exposition (confinée) « Le Renouveau de la Passion », Guillaume Fonkenell, conservateur en chef du patrimoine au musée national de la Renaissance, présente ce chef-d’œuvre de François Marchand.

La composition de ce bas-relief est divisée en deux registres superposés.

Les saillies plus ou moins profondes sont utilisées pour hiérarchiser l’importance des personnages. Ainsi, le corps du Christ est en haut relief, contrairement à celui des deux larrons (photographies ci-dessous).

Comme le précise Guillaume Fonkenell dans le catalogue de l’exposition, la composition est assurée par un jeu de deux arcs de cercle. Celui du haut est délimité par la nuée peuplée de têtes d’anges qui entoure le Christ ; un second arc correspond à la courbure du Golgotha.

Ceux qui assistent à la mort du Sauveur sont dans la partie basse, les deux larrons isolés entre les deux arcs de cercle et seul le corps du Christ fait le lien entre la terre et ciel.

La partie haute de cette sculpture suit de près le modèle fourni par une plaquette de Moderno (photographie ci-dessous) mais la partie basse semble beaucoup plus inventive.

« La Crucifixion » (vers 1490-1510 ?) par Moderno ? (1467-1528) – Musée national de la Renaissance

La figure sinueuse de la Vierge effondrée, la tête tournée vers le sol, est particulièrement originale.

Visite virtuelle de l’exposition « Le Renouveau de la Passion »

Proposée par le musée national de la Renaissance, l’exposition « Le Renouveau de la Passion » s’intéresse aux années 1540-1550, un moment important dans l’histoire de l’art français du XVIe siècle. Elle n’a pas pu encore ouvrir ses portes au public du fait des décisions gouvernementales de fermeture des musées pendant la période pandémique. Vous pouvez toutefois la découvrir dans le cadre d’une visite filmée de 80 minutes, disponible en cliquant sur l’image ci-dessous.

En savoir +

Retrouvez le Musée national de la Renaissance sur Internet et sur les réseaux sociaux :

www.musee-renaissance.fr
www.facebook.com/musee.renaissance.officiel
www.twitter.com/chateau_ecouen

Exposition (confinée) « Le Renouveau de la Passion. Sculpture religieuse entre Chartres et Paris autour de 1540 »
Prolongation jusqu’au 23 août 2021
Musée national de la Renaissance – Château d’Écouen
Rue Jean Bullant
95440 Écouen

COMMENTEZ CET ARTICLE