Fragment de statue en calcaire peint
Département des Antiquités égyptiennes
Musée du Louvre

Le scribe royal Méniou a vécu sous la 18e dynastie (1550-1292 avant J.-C.).
Son visage est amputée d’une zone qui part de la pommette droite et se prolonge jusque sous la partie gauche du menton. La tête a été recollée sur le torse au niveau du cou.

Il porte un large collier en faïence sur la poitrine ainsi qu’un collier d’or autour du cou, témoignage d’une faveur royale fréquemment attestée chez les dignitaires de la 18e dynastie.

La ligne arquée des sourcils, le contour des yeux et leur pupille sont particulièrement bien dessinés.

Visible sur de nombreuses statues masculines de cette période, la perruque à revers est caractéristique de cette époque.

L’arrière du pilier dorsal comporte une inscription fragmentaire en hiéroglyphes :

Tes chairs seront fermes et tu vivras, tu vivras, ô scribe royal, le juste, le bien-aimé (du roi), Méniou… Tu marcheras sur la terre sans y rencontrer d’opposant, tu boiras l’eau, tes mains donnant… dans le temple de Rê, lors de sa fête de la grande offrande, tu offriras la laitue ainsi que… Ton appel sera entendu dans Ta-our, et tu seras acquitté contre tes ennemis, tu adoreras le dieu qui apparaît dans la barque-néchemèt… L’autre monde t’accueillera, il cachera ton corps, ô scribe royal, le juste… »

Département des Antiquités égyptiennes
Musée du Louvre
Salle 637

Sources :
– cartel de l’œuvre et inscription en hiéroglyphes
– article de Christophe Barbotin : “Le buste du scribe royal Meniou, une sculpture du règne d’Aménophis III” dans « La revue du Louvre » (1997)

En savoir +

Article très complet et documenté sur le site egyptophile.blogspot.com

Commentez cet article