[Visite privée] Exposition « Regarder l’histoire en face » au musée Condé

523

Exposition « Regarder l’histoire en face. L’Italie du XIXe siècle au musée Condé »
3 juin – 1er octobre 2023
Château de Chantilly
Cabinet d’arts graphiques

En écho à l’exposition « Ingres. L’artiste et ses princes », le musée Condé présente, dans son Cabinet d’arts graphiques, un pan largement inédit de ses collections autour de la thématique du voyage en Italie au XIXe siècle.
À l’âge de la révolution industrielle des transports, les artistes, poètes ou écrivains qui traversent les Alpes réinventent ce qui était qualifié de Grand Tour au siècle précédent. L’essor des guides touristiques et des publications d’histoire ou d’histoire de l’art démocratisent le savoir et instruisent le regard des voyageurs, que l’actualité politique d’une Italie en plein Risorgimento intéresse autant que son glorieux passé.
Du passé le plus reculé à l’actualité la plus brûlante, le voyage en Italie au XIXe siècle invite à « regarder l’histoire en face », ainsi que le formule Stendhal dans ses « Promenades dans Rome » en 1829.

Pour cette visite privée, suivez Baptiste Roelly, tout nouveau conservateur du patrimoine du musée Condé de Chantilly.

« Zeuxis choisissant un modèle pour Hélène » (1859) par Victor Louis Mottez (1809-1897) – Musée Condé (Chantilly)

Le musée Condé conserve notamment une suite inédite de dessins de Bartolomeo Pinelli, un artiste principalement actif à Rome qui réalise nombre d’images pittoresques du peuple italien, de ses costumes traditionnels ou de ses moeurs.

« Deux Contadine de Frascati, l’une allaitant un enfant » par Bartolomeo Pinelli (1781-1835) – Musée Condé (Chantilly)
« Le lendemain du tremblement de terre » (1828-1831) par Louis Léopold Robert (1794-1835) – Musée Condé (Chantilly)
« La confidence » (1830) par Louis Léopold Robert (1794-1835) – Musée Condé (Chantilly)

De même, le musée conserve deux œuvres majeures du célèbre peintre suisse Léopold Robert (image ci-dessus), qui installe les scènes italianisantes au cœur du goût artistique de l’aristocratie européenne et en expose nombre d’exemples au Salon à Paris.

« Reconstitution de monument antique » (1831) par Félix Duban (1797-1870) – Musée Condé (Chantilly)
Détail de « Coupe de l’arc de triomphe de Titus au forum de Rome avec le bas-relief des trophées du temple de Jérusalem » (1848) par Alfred Nicolas Normand (1822-1909) – Musée Condé (Chantilly)
Détail de « Restauration de la façade sur jardin de la villa Médicis » (1886) par Gaston Redon (1853-1921) – Collection de Caen de l’Académie des Beaux-Arts

Les relations institutionnelles du musée Condé avec l’Institut de France apparaissent par le biais de la présentation d’une suite de dessins de très grands formats réalisés par les pensionnaires de la Villa Médicis dans le cadre de leur pension à Rome pour être envoyés à l’École des Beaux-Arts.

Détail de « Relevé du plafond à caissons de l’église Santa Maria in Aracoeli à Rome » (1875) par Louis Bernier (1845-1919) – Musée Condé (Chantilly)
« Sarcophage au quart, tombe de Mastino Il della Scala à l’église Santa Maria Antica de Véro » (1883) par Charles Girault (1851-1932) – Collection de Caen de l’Académie des Beaux-Arts

Il s’agissait pour ces jeunes artistes en formation de copier les monuments antiques ou renaissants étudiés en Italie et d’en faire parvenir des relevés exacts à Paris, où ces œuvres permettaient d’évaluer les progrès accomplis par les pensionnaires durant leurs années à Rome

« Amants dansant pour célébrer les vendanges d’antan » (1811-1812) par Bartolomeo Pinelli (1781-1835) – Musée Condé (Chantilly)

En présentant à la fois des peintures, des dessins, des gravures et des photographies, cette exposition restitue la multiplicité des stimuli reçus par les voyageurs qui traversent les Alpes au XIXe siècle.

« Réduction de la Mal’aria » (avant 1850) par Ernest Hébert – Musée Condé (Chantilly)
« Le marchand de reliques » (1821) par Hortense Haudebourt-Lescot (1784-1845) – Collection particulière (Bordeaux)

Commissariat de l’exposition

Baptiste Roelly, conservateur du patrimoine au musée Condé
Emmanuelle Brugerolles, conservatrice générale honoraire du patrimoine, conseillère scientifique pour les arts graphiques au musée Condé

« Portrait d’une Italienne » (1837) par Charles-Octave Blanchard – Collection particulière (Paris)

En savoir +

Consultez le site Internet du château de Chantilly.

Exposition « Regarder l’histoire en face. L’Italie du XIXe siècle au musée Condé » – Cabinet d’arts graphiques du château de Chantilly

Exposition « Regarder l’histoire en face. L’Italie du XIXe siècle au musée Condé »
3 juin – 1er octobre 2023
Château de Chantilly
Cabinet d’arts graphiques
60500 Chantilly

Détail de « Le Tibre, Saint-Pierre et le Vatican » (vers 1862-1863) par Auguste Paul Charles Anastasi (1820-1889) – Musée Condé (Chantilly)

COMMENTEZ CET ARTICLE