[Visite privée] Exposition Ingres à Chantilly

1114

Exposition « Ingres, l’artiste et ses princes »
3 juin – 1er octobre 2023
Château de Chantilly
Salle du Jeu de Paume

Avec l’avènement de la monarchie de Juillet (1830-1848), Ingres trouve notamment dans la famille d’Orléans un soutien de poids lui permettant de réaliser parmi ses plus grands chefs-d’œuvre. Ce sont ces liens étroits qui sont au cœur de l’exposition proposée par le musée Condé de Chantilly.
Provenant de collections nationales et internationales, tableaux et dessins commandés ou collectionnés par les princes d’Orléans sont réunis à Chantilly, aux côtés de leurs études et leurs variantes.

Pour cette visite privée, vous êtes accompagnés par Nicole Garnier, conservateur général honoraire du patrimoine, et Mathieu Deldicque, directeur du musée Condé.

« Portrait de Ferdinand Philippe d’Orléans, duc d’Orléans » (1810-1842) par Luigi Calamatta (1801-1869) d’après Ingres et retouché par lui – Musée Condé (Chantilly)
Au centre : « Portrait de Ferdinand-Philippe d’Orléans, Prince Royal (1810-1842) » (1842) par Jean-Auguste-Dominique Ingres (1780-1867) – Musée du Louvre

Cette histoire commence avec la relation privilégiée tissée entre Ingres et l’héritier du trône. L’un de ses plus grands mécènes est le duc Ferdinand d’Orléans, Prince Royal (1810-1842), fils aîné du roi Louis-Philippe, qui acquit en 1839 son envoi de Rome « Œdipe et le Sphinx », lui commanda la célèbre « Stratonice » (image ci-dessous) et lui fit faire son portrait.

« Stratonice » ou « La Maladie d’Antiochus » (1835-1840) par Jean Auguste Dominique Ingres – Musée Condé (Chantilly)
Exposition « Ingres, l’artiste et ses princes » – Salle du Jeu de Paume du château de Chantilly

Né à Montauban en 1780, après une première formation artistique auprès de son père Joseph Ingres, peintre, architecte, sculpteur et musicien, puis du peintre Joseph Roques à Toulouse à partir de 1791, Ingres entre en août 1797 dans l’atelier de Jacques-Louis David à Paris.

« Erasistrate découvrant la cause de la maladie d’Antiochus » (1774) par Jacques Louis David (1748-1825) – École nationale supérieure des beaux-arts (Paris)

En 1801, le jeune peintre remporte le prestigieux prix de Rome, mais les événements politiques l’empêchent de partir pour Rome. Il patiente en dessinant au Louvre d’après l’antique. Manquant d’argent pour payer des modèles, il fait les portraits de ses amis et connaissances, en s’inspirant de David : le modèle de trois-quarts sur fond brun fixe le spectateur. Au Salon de 1806, il n’expose que des portraits dont son Autoportrait.

À gauche : « Copie de l’Autoportrait d’Ingres à vingt-quatre ans » (1807) par Julie Forestier d’après Jean-Auguste-Dominique Ingres – Musée Ingres Bourdelle (Montauban)

Les critiques se déchaînent contre Ingres, mais il ne peut se défendre, ayant enfin rejoint Rome en 1806, et en conçoit une amertume qui traverse toute sa carrière. Les critiques du Salon décrivent avec ironie un tableau très différent de celui que l’on connaît aujourd’hui : l’artiste efface un portrait sur la toile, les harmonies sont grises, le manteau est différent, au point que l’on a pu se demander si l’œuvre aujourd’hui au musée Condé est bien celle du Salon de 1806.

« Autoportrait d’Ingres à vingt-quatre ans » (1804) (Salon de 1806) par Jean-Auguste-Dominique Ingres (1780-1867) – Musée Condé (Chantilly)

La version du Salon de 1806 est connue par une copie ancienne exécutée par Julie Forestier, fiancée d’Ingres et par une photographie. Quand Ingres date son portrait en 1804, il a 24 ans, mais il en a 70 quand il achève sa composition.

« Antiochus et Stratonice » par Jean Auguste Dominique Ingres – Kunstmuseum (Berne)
Exposition « Ingres, l’artiste et ses princes » – Salle du Jeu de Paume du château de Chantilly
« Paolo et Francesca » (1814-1820) par Jean Auguste Dominique Ingres – The Barber Institute of Fine Arts (Birmingham)

Chaque œuvre est l’objet de recherches approfondies : Ingres est un admirable dessinateur qui multiplie les études d’ensemble et de détail, et l’exposition rassemble croquis et études préparatoires autour de chaque œuvre majeure.

« Étude pour le visage de Vénus anadyomène » par Jean-Auguste-Dominique Ingres (1780-1867) – Musée Ingres Bourdelle (Montauban)
Au centre : « Vénus anadyomène » par Jean-Auguste-Dominique Ingres (1780-1867) – Musée Condé (Chantilly)

De récentes analyses scientifiques menées au Centre de Recherches et de Restauration des Musées de France (C2RMF), montrent visuellement comment Ingres a repris et modifié ses plus grands chefs-d’œuvre.

« Louise, princesse de Broglie, future comtesse d’Haussonville » par Jean Auguste Dominique Ingres – The Frick Collection (New York)

Commissariat de l’exposition

Commissariat général : Mathieu Deldicque, conservateur en chef du patrimoine, directeur du musée Condé
Commissariat scientifique : Nicole Garnier-Pelle, conservateur général honoraire du patrimoine

« Portrait de Mme Duvaucey » (1807) par Jean-Auguste-Dominique Ingres (1780-1867) – Musée Condé (Chantilly)

En savoir +

Consultez le site Internet du château de Chantilly.

Exposition « Ingres, l’artiste et ses princes »
3 juin – 1er octobre 2023
Château de Chantilly
Salle du Jeu de Paume
60500 Chantilly

« Buste de Jean Auguste Dominique Ingres (1780-1867) » (1868) par Auguste Louis Marie Ottin (1811-1890) – Institut de France (Paris)

1 COMMENTAIRE

  1. J’ai adoré cette exposition.Quelle qualité !Quel point de vue original que cette mise en lumière des relations privilégiées entre Ingres et la famille royale! Tout Chantilly est remarquable. Merci à vous , ainsi qu’à Anne Miller. Vous formez un duo formidable ! ( et toutes les équipes aussi).

COMMENTEZ CET ARTICLE