[Visite privée] Exposition Antoine Caron au château d’Écouen

1091

Exposition « Antoine Caron (1521-1599). Le théâtre de l’Histoire »
5 avril – 3 juillet 2023
Musée national de la Renaissance – Château d’Écouen

Réunissant plus de 80 œuvres au cœur du château d’Écouen, l’exposition interroge la place d’Antoine Caron, artiste indissociable de la Renaissance française comme inventeur, fournisseur de modèles et dont l’influence se perpétue bien au-delà de sa mort.
Bien qu’il ait travaillé pour cinq monarques, de François Ier à Henri IV, et pour la reine mère Catherine de Médicis, sa carrière n’a pas fait l’objet d’une exposition à la hauteur de sa réputation d’alors.
Le château d’Écouen propose la réunion exceptionnelle – pour la première fois en France depuis le XVIe siècle – des huit tapisseries de La Tenture des Valois commandée par Catherine de Médicis, un prêt consenti par les Galeries des Offices de Florence.

Cette visite privée de 50 minutes vous est proposée par Matteo Gianeselli, conservateur du patrimoine au musée national de la Renaissance et commissaire de l’exposition.

Détail de « La Mort de la femme de Sestos » par un suiveur d’Antoine Caron dans les années 1580-1590 – Musée national de la Renaissance
« La Mort de la femme de Sestos » par un suiveur d’Antoine Caron dans les années 1580-1590 – Musée-château de Saumur
« Ulysse affrontant les sirènes et franchissant le détroit de Charybde et Scylla » (1569) par Ruggiero de’ Ruggieri d’après Primatice – Collection particulière
« Flore et trois enfants » (vers 1565-1571 ?) par Niccolò dell’Abate – Musée des Arts décoratifs (Paris)

Dans les années 1540, Antoine Caron se forme sur les chantiers du château de Fontainebleau. Il collabore notamment aux grotesques de la galerie d’Ulysse conçue par Primatice. Il s’imprègne de ses aînés mais c’est en particulier de Niccolò dell’Abate qu’il semble le plus proche.

« Le Nil accompagné de trois enfants et de deux sphinx » (vers 1547) par Primatice – Beaux-Arts de Paris
« Le couronnement d’Esther » par Denis de Mathonière d’après Antoine Caron – Bibliothèque nationale de France
« La Remise du livre et de l’épée » par un suiveur d’Antoine Caron Beauvais – Musée départemental de l’Oise

Antoine Caron collabore avec de nombreux confrères, à qui il fournit des modèles destinés à être transcrits dans des techniques diverses. La séquence autour de « La Remise du livre et de l’épée » (image ci-dessus) témoigne de la variété des supports de cette diffusion sur une période de plus de quarante ans.

« Portrait de Catherine de Médicis, reine de France » (vers 1588 ?) par Thomas de Leu – Bibliothèque nationale de France
« Le Tournoi de Bayonne » – Manufacture de Bruxelles d’après Antoine Caron – Gallerie degli Uffizi (Florence)
Détail de « L’Assaut d’un bastion en forme d’éléphant » – Manufacture de Bruxelles d’après Antoine Caron – Gallerie degli Uffizi (Florence)

La Tenture des Valois a vraisemblablement été commandée par Catherine de Médicis. Les huit tapisseries n’ont pas été revues ensemble depuis leur arrivée à Florence en 1589. Leur présentation à Écouen est donc tout à fait exceptionnelle. On associe les compositions à plusieurs dessins de Caron réalisés vers 1573-1574, sous Charles IX.

« Portrait de Marguerite de France, reine de Navarre » (vers 1570) par Jean Decourt – Bibliothèque nationale de France

Toutes les photographies par @scribeaccroupi.

« La Bataille d’Ivry et la reddition de Mantes » (1597-1601) par Mathieu Jacquet d’après Antoine Caron – Musée du Louvre

Comme ses contemporains, Caron cherche à rivaliser avec l’art des Anciens, notamment en ressuscitant une des grandes typologies de l’Antiquité, le monument équestre.

« La Résurrection du fils de Naïm » (avant 1599) par Antoine Caron – Collection particulière

La présentation inédite de l’ultime chef-d’œuvre du peintre (image ci-dessus) permet aussi de comprendre l’apport de Caron pour les générations suivantes. Le ballet chorégraphié des figures, au sein d’une nature majestueuse, appelle les développements ultérieurs de la grande peinture d’histoire française qui, au siècle suivant, se souviendra de cette leçon.

Antoine Caron, Saint Denys l’Aréopagite convertissant les philosophes païens, Los Angeles, The J. Paul Getty Museum

Commissariat de l’exposition

Matteo Gianeselli, conservateur du patrimoine au musée national de la Renaissance – château d’Écouen

« Auguste et la sibylle de Tibur » (vers 1573) par Antoine Caron – Musée du Louvre

En savoir +

Consultez la page spéciale sur le site Internet du musée.

Portrait d’Antoine Caron François Quesnel Paris, Bibliothèque nationale de France

Exposition « Antoine Caron (1521-1599). Le théâtre de l’Histoire »
5 avril – 3 juillet 2023
Musée national de la Renaissance – Château d’Écouen
Rue Jean Bullant
95440 Écouen

Coulisses du tournage – Château d’Écouen

COMMENTEZ CET ARTICLE