Alors que la « Museum Week 2019 » tire sa révérence en ce dimanche 19 mai, un mail nocturne de Twitter me demande une nouvelle fois la copie de ma carte d’identité. À mon âge, 4.500 ans, l’oiseau bleu veut s’assurer que je suis bien âgé de plus de 13 ans.
Je scanne une troisième fois la tablette un peu usée qui prouve mon grand âge et – incroyable ! – un nouveau mail de Twitter m’annonce que mon compte est réactivé. Progressivement, mes publications refont surface, puis mes abonnés.

Un immense merci à tous !

Le seul moyen de faire réagir le bipède ailé a été de reprendre – via mon compte Instagram – le hashtag #SaveTheScribeAccroupi, lancé par Hannah Marie Seidl (thank you very much for your support !) et relayé pendant toute la journée de dimanche par de nombreux soutiens, certains parfois inattendus, mais tous ô combien précieux. Dans la nuit qui a suivi, mon compte était donc réactivé.

Merci ! Merci ! Merci !

Moi, si je devais résumer ma vie aujourd’hui avec vous, je dirais que c’est d’abord des rencontres, des gens qui m’ont tendu la main, peut-être à un moment où je ne pouvais pas, où j’étais seul chez moi. » – Edouard Baer dans le monologue d’Otis (« Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre »)

Le don d’invisibilité

Si mon retour sur Twitter est réel, mon profil et mes publications restent bien cachés. Cela n’est pas nouveau car je l’avais déjà constaté depuis quelques jours.

En effet, toute recherche effectuée via Twitter par des personnes qui ne sont pas abonnées à mon compte, retourne systématiquement le même message : « Aucun résultat ». Je suis donc invisible.

Contenu sensible ou choquant ?

Il y a de cela plusieurs mois, Twitter affichait systématiquement un avertissement aux nouveaux visiteurs de mon compte, alertant sur le prétendu caractère « sensible ou choquant » de mes publications.
Comment cela ? Une chute de rein signée François Boucher ou un nu de Praxitèle ont-ils effarouché l’oiseau bleu ? Impossible de le savoir.

En fait, j’aimerais simplement comprendre… Tu sais, je t’aime bien, petit oiseau bleu !

Partager

Un commentaire

  1. C’est bien là le problème ! On ne connait pas leurs critères ! Ces géants du net ont une puissance si forte qu’ils peuvent vendre leurs données aux plus offrants, decider qui doit paraître ou pas, juger un contenu interdit ou pas mais laisser des propos des images de haine…
    Ce sont des algorithmes pensés par des hommes qui ne souhaitent pas la transparence ! Restons vigilants à leurs manipulations même si on est loin d’en imaginer tous les aspects!
    Je sais cela fait un peu parano … Mais, j’essaye de me soigner !
    En tout cas, ravie que l’oiseau bleu veuille bien vous laisser gazouiller de nouveau et conquérir de nouveaux scribouillards !

Avez-vous envie de commenter cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.