Nef automate dite « de Charles Quint » par Hans Schlottheim
Augsbourg, vers 1580
Musée national de la Renaissance – Château d’Écouen

Cette net automate de table prend la forme d’un galion à trois mâts, armé de canons. Sur le pont, l’empereur Charles Quint trône sous un baldaquin tandis que des marins observent la fanfare.

Un jour reconfiné… un chef-d’œuvre de l’art !

Guillaume Fonkenell, conservateur en chef du patrimoine au musée national de la Renaissance, détaille cet impressionnant galion.

La coque du navire dissimule plusieurs mouvements qui commandent le cadran au pied du grand mât, déclenchent la sonnerie des heures et des quarts et animent les bras des marins situés sur le mât. Des mécanismes musicaux actionnent les trompettistes et le timbalier.


Toutes les photographies par @scribeaccroupi.

Cette vidéo est extraite de la visite privée du musée national de la Renaissance avec Guillaume Fonkenell.

[Mode révision]

Retrouvez les autres chefs-d’œuvre du confinement 2 en cliquant sur l’image ci-dessous.