Exposition « Le scribe, les yeux dans les yeux »
11 mai – 19 septembre 2022
Pavillon de verre du Louvre-Lens

Après mon séjour dans la Galerie du Temps, je suis à présent au centre d’une exposition dans le Pavillon de verre du Louvre-Lens.

À l’occasion de ses dix ans, le Louvre-Lens met à l’honneur ma modeste personne. Conservé au département des Antiquités égyptiennes depuis 1854, j’ai été découvert par l’archéologue Auguste Mariette.

Pour cette visite privée de l’exposition, suivez Clémentine Strzalkowski, chargée d’exposition, Carmen Muñoz Pérez, égyptologue, chargée de documentation, et Hélène Bouillon, directrice de la conservation, des expositions et des éditions du Louvre-Lens.

« Je suis entré dans l’Égypte par la momie du musée de Boulogne. » – Auguste Mariette

« Le canard égyptien est un animal dangereux : un coup de bec, il vous inocule le venin et vous êtes égyptologue pour la vie. » – Auguste Mariette

Auguste Mariette est né à Boulogne-sur-Mer, en 1821. Il s’illustre comme pionnier de l’égyptologie, une vingtaine d’années seulement après la disparition de Jean-François Champollion, le déchiffreur des hiéroglyphes. Professeur au collège, il s’intéresse d’abord à l’archéologie nationale. Il participe ainsi aux fouilles menées dans le Boulonnais et fait partie de la société savante de la région. Son intérêt pour l’égyptologie commence par les quelques objets égyptiens conservés au musée de Boulogne.

Clémentine Strzalkowski – Tournage du reportage dans le Pavillon de verre du Louvre-Lens

L’exposition est l’occasion d’évoquer la période à laquelle j’ai vécu. Même si mon identité reste secrète, les analyses physiques qui ont été réalisées permettent de comprendre ce qui fait de moi un chef-d’oeuvre de l’art égyptien.

À partir du 19 septembre 2022, je vous donne rendez-vous dans l’exposition « Champollion. La voie des hiéroglyphes », toujours au Louvre-Lens.

Louvre-Lens
99 rue Paul Bert
62300 Lens

COMMENTEZ CET ARTICLE