Exposition « Rome. La Cité et l’Empire »
6 avril – 25 juillet 2022
Louvre-Lens

Avec plus de 400 œuvres, la nouvelle exposition du Louvre-Lens propose un panorama exceptionnel de la civilisation romaine. Elle raconte l’histoire de la cité de Rome, de son Empire et de son art, sur plus de cinq siècles.

La fermeture des salles romaines du musée du Louvre, en travaux pendant deux années, permet de présenter à Lens près de 300 oeuvres déplacés depuis Paris. Tous les chefs-d’oeuvre sont là, avec aussi de nombreux prêts de musées des Hauts-de-France pour évoquer la Gaule Belgique, l’une des provinces de l’Empire romain.

Foisonnante et pédagogique, cette exposition est à l’image de Rome : vraiment spectaculaire !

Cliquer ici pour suivre une visite privée avec les commissaires de l’exposition.

Statue de Rome (1er – 2ème siècle apr. J.-C.) – Asie Mineure (Turquie actuelle) – Musée du Louvre

Rome

Une imposante statue de Rome ouvre le parcours. La ville personnifiée prend la forme d’une femme en Amazone, guerrière mythologique, sein découvert et fourreau de glaive à la ceinture. Cette représentation colossale est emblématique de la relation que la cité entretient avec la culture grecque.

Portrait d’Auguste (27 avant J.-C. – 14 après J.-C.) – Musée du Louvre
Coupe d’apparat, dite « coupe à l’Afrique » (1er siècle) – Boscoreale (Italie) – Musée du Louvre
Décret de Paul-Émile, proconsul d’hispanic Ultérieure » (189 avant J.-C.) – Musée du Louvre

Le parcours explore la manière dont la culture romaine va constituer le socle d’une civilisation commune, l’Empire romain.

Statue de Néron enfant (50 après J.-C.) – Musée du Louvre

Romanité

Rome développe une organisation politique, une culture visuelle, une religion, des mœurs originales.

Ustensile de cuisine en forme d’esclave africain (100-300 après J.-C.) – Musée du Louvre

De nombreux codes révèlent l’appartenance sociale. La toge signale la qualité de citoyen. À partir du règne d’Auguste (27 avant J.-C.), elle devient un vêtement d’apparat réservé aux grands rendez-vous publics, que les sculpteurs traduisent par un plissé monumental.

Statue d’homme drapé (togatus) et statue de femme drapée (1er siècle) – Musée du Louvre

La statue de Néron enfant reprend ce principe : sur le drapé de sa tunique est figurée une bulla, une amulette de métal de forme ronde attaché à un collier, qui définit le futur citoyen.

Au centre : statue de Néron enfant (50 après J.-C.) – Musée du Louvre
Statue de Livie (vers 14-20 après J.-C.) – Musée du Louvre
Au premier plan : statue de jeune homme (Marcus Claudius Marcellus ?) (25 avant J.-C.) – Musée du Louvre
Au premier plan : statue de jeune homme (Marcus Claudius Marcellus ?) (25 avant J.-C.) – Musée du Louvre

La personnification croissante du pouvoir par les imperatores, membres de l’aristocratie qui assument la conduite des affaires publiques et militaires, mène à l’instauration du régime impérial par Auguste entre 30 et 10 avant J.-C.

Tête d’Auguste portant la couronne de chêne (début du Ier siècle apr. J.-C.) – Musée du Louvre

Les détails physionomiques des portraits traduisent le souci de suggérer visuellement des idées telles que l’autorité, le sérieux ou encore la virtus, la valeur militaire.

Au premier plan : portrait de Flamine (250-165 après J.-C.) – Musée du Louvre

L’Empereur romain

La victoire d’Octave (futur Auguste) lors de la dernière des guerres civiles de la fin de la République aboutit à un régime d’exercice personnel du pouvoir sur la res publica : l’Empire. Les pouvoirs civils et militaires se concentrent entre les mains d’un seul homme, l’empereur.

Portrait en buste d’Agrippa (10 avant J.-C. – 10 après J.-C.) – Musée du Louvre
Portrait de Livie (27 avant J.-C. – 14 après J.-C.) – Musée du Louvre

Les statues et les bustes présentent l’empereur selon un répertoire codifié. Une imagerie héroïsante se développe : le culte impérial le montre sous l’aspect de Jupiter, dieu de la souveraineté.

Portrait en buste de Lucius Vers (161-169 après J.-C.) – Musée du Louvre
Au centre : statue d’homme (30-10 avant J.-C.) – Musée du Louvre

Rome, cité ouverte

L’attachement éprouvé par les Romains envers leur culture n’empêche pas Rome d’être une cité ouverte aux influences extérieures : centre du pouvoir à l’échelle de la Méditerranée à partir du 2ème siècle avant notre ère, Rome est un lieu de commerce et d’immigration, mais aussi l’épicentre de commandes artistiques.

Groupe statuaire, dit « Oreste et Pylade » (1-50 après J.-C.) – Rome (Italie) – Musée du Louvre

Imperium : être romain dans l’Empire

Le second volet de l’exposition plonge le visiteur dans le quotidien des habitants de l’Empire. On y découvre l’organisation administrative, militaire et politique qui se met progressivement en place sur tout le territoire.

Camée figurant Sérapis (1-300 après J.-C.) – Italie (?) – Musée du Louvre

L’Empire romain

Les légions, présentes dans de nombreuses provinces, contribuent à la stabilité interne du territoire romain en préservant la pax romana (paix romaine), mais fonctionnent également comme un élément d’intégration. Les diplomata (diplômes militaires) émis par l’empereur au bénéfice des « auxiliaires » de l’armée – recrutés majoritairement dans les contrées les plus lointaines – leurs confèrent la citoyenneté romaine au bout de plusieurs années de service.

Coupe de Césarée de Palestine (4ème siècle apr. J.-C.) – Beyrouth (Liban) – Musée du Louvre

Urbanisation et monumentalisation

Le modèle romain de la cité constitue un vecteur d’acculturation essentiel. Les communautés qui n’en disposaient pas auparavant se dotent de règles d’organisation collective qui s’appuient sur l’exemple romain.

Stèle funéraire du soldat Valerius Ianuarius (300-350 après J.-C.) – Longueau (Somme) – Musée du Louvre

Circulations

Les objets retrouvés sur les grands sites de la région Hauts-de-France sont l’occasion de s’interroger sur les échelles de circulation: la région, la province, plusieurs provinces, l’Empire. L’ensemble de vaisselle toscane, les coupes et cruches en verre de Cologne, ou encore la céramique produite sur la rive droite du Rhin, retrouvés lors de fouilles archéologiques dans la Somme et le Pas-de-Calais, en révèlent les dimensions.

Paquetage de militaire (vers 20-10 avant J.-C.) – Amiens (Somme) – Musée de Picardie (Amiens)
Groupe statuaire représentant Mars et Vénus (vers 150 après J.-C.) – Musée du Louvre

Pratiques partagées

La dynamique de romanisation passe par les pratiques sociales qui ont été adoptées, selon des rythmes et des intensités différentes, par les populations qui composent l’Empire.

Au centre : portrait en buste de Trajan (98-117 après J.-C.) – Musée du Louvre

Le portrait en constitue une première dimension marquante, à la croisée des traditions grecques et romaines.

Manche de couteau représentant un gladiateur – Musée du Louvre

Les spectacles – combats de gladiateurs et chasses dans l’amphithéâtre, courses de chars dans le cirque – sont, à Rome, une composante essentielle de la fête que l’on réserve aux dieux, et un autre marqueur de la romanisation des provinces.

Statue de Dioscure (100-125 après J.-C.) – Musée du Louvre
Statue d’Apollon de Lillebonne (200-300) – Gaule lyonnaise – Musée du Louvre

Esthétiser le monde

Les cités nourrissent un art de vivre qui fait du beau un symptôme de civilisation. La finesse d’exécution et de décor de certains établissements publics comme les thermes en témoigne. Cette riche floraison artistique infuse également la sphère domestique.

Réplique du type de l’Aphrodite accroupie (vers 150 après J.-C.) – Musée du Louvre

Commissariat de l’exposition

Cécile Giroire, conservatrice générale, directrice du département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du musée du Louvre
Martin Szewczyk, conservateur du patrimoine, département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du musée du Louvre
Assistés de : Florence Specque et Agnès Scherer, documentalistes scientifiques au département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du musée du Louvre.
Scénographie : Mathis Boucher, architecte-scénographe, musée du Louvre-Lens

Mosaïque figurant une personnification (200-225 après J.-C.) Antioche (Turquie) – Musée du Louvre

En savoir +

Consultez la page spéciale dédiée à l’exposition sur le site Internet du Louvre-Lens.
Découvrez la visite privée de l’exposition en vidéo en cliquant ici.

Exposition « Rome. La Cité et l’Empire »
6 avril – 25 juillet 2022
Louvre-Lens
99 rue Paul Bert
62300 Lens

1 COMMENTAIRE

COMMENTEZ CET ARTICLE