[Exposition] Albrecht Altdorfer, Maître de la Renaissance allemande au Louvre

0

Exposition « Albrecht Altdorfer, Maître de la Renaissance allemande »
1er octobre 2020 – 4 janvier 2021
Musée du Louvre

Peintre, dessinateur et graveur, Albrecht Altdorfer (vers 1480-1538) est un artiste majeur de la Renaissance allemande.
Dans cette nouvelle exposition Arts Graphiques, le Louvre met en regard les œuvres d’Altdorfer avec celles d’autres grands maîtres de sa génération, tels Albrecht Dürer ou Lucas Cranach.

Rassemblant plus de 200 œuvres (peintures, dessins, gravures, sculptures et objets d’art), l’exposition bénéficie notamment de nombreux prêts de l’Albertina à Vienne.

« Saint François recevant les stigmates » et « Saint Jérôme en pénitent » (1507) par Albrecht Altdorfer – Staatliche Museum zu Berlin

Les années de jeunesse

On ignore tout de la formation d’Altdorfer mais on sait l’importance des estampes qui lui font connaître les réalisations de ses contemporains allemands, Dürer et Cranach, avec lesquels il entend rivaliser, mais aussi celles des artistes italiens du Quattrocento qui nourrissent son inspiration, au premier plan desquels Andrea Mantegna.

« Saint François recevant les stigmates » (vers 1503-1504) par Albrecht Dürer (1471-1528) – Musée du Louvre

À gauche : « Sainte Famille avec un diacre » (1507) par Albrecht Altdorfer – Kunsthistorisches Museum (Vienne) – à droite : « Sainte Famille avec sainte Anne et le petit saint Jean » par Giovanni Antonio da Brescia – BnF

« Tentation de deux ermites » (1506) par Albrecht Altdorfer – Albertina (Vienne)

« Apollon et Diane » par Jacopo de’ Barbari – Musée du Louvre

« Vénus et Amour » (1508) par Albrecht Altdorfer – Staatliche Museum zu Berlin

« Couple d’amants dans un champ de blé » (1508) par Albrecht Altdorfer – Kunstmuseum Basel

« Couple d’amants dans un paysage » (1504) par Albrecht Altdorfer – Staatliche Museum zu Berlin

Les dessins sur papier préparé

De 1506 à 1518, Altdorfer a exécuté plus d’une cinquantaine de dessins sur papier préparé, dits aussi dessins en clair-obscur, consistant pour l’artiste à travailler à l’encre noire et à la gouache sur un papier sur lequel était appliqué un fond de couleur apposé au pinceau. Comme ceux de ses contemporains, les dessins en clair-obscur d’Altdorfer étaient recherchés et alimentaient un marché de connaisseurs, qui voyaient dans ces feuilles des petits tableaux d’une grande virtuosité.

« Porte-étendard et deux lansquenets » (vers 1506-1508) par Erhard Altdorfer – Städel Museum (Francfort)

« Quatre muses dansant » (après 1497) d’après Andrea Mantegna – BnF

« Famille de sauvages » ou « La Fin de l’Âge d’argent » (1510) par Albrecht Altdorfer – Albertina (Vienne)

« Chute de saint Christophe » (vers 1509-1510) par Albrecht Altdorfer – Albertina (Vienne)

 

Les bois gravés

La notoriété de l’artiste est bien établie dès 1512 avec la série de « La Chute et Rédemption de l’Humanité », une suite de 40 estampes en bois gravés. Avec ses gravure sur bois, Altdorfer se distingue de son aîné par son approche novatrice de l’iconographie traditionnelle.

« La Cène » (vers 1508-1509) par Albrecht Dürer (1471-1528) – Musée du Louvre

« Chute et Rédemption de l’humanité » (vers 1513) par Albrecht Altdorfer

Un nouveau langage narratif

Altdorfer met au point un nouveau langage narratif, avec des couleurs éclatantes et de puissants contrastes lumineux. Les nombreux raccourcis, les cadrages audacieux et les points de vue inhabituels visent à dynamiser les compositions et à impliquer davantage le spectateur dans la scène représentée.

« Portement de Croix » (vers 1516-1518) par Albrecht Altdorfer – Graphische Samlung der Universität Erlangen-Nümberg

« Jaël et Sisera » (vers 1518) par Albrecht Altdorfer – Musée du Louvre

« Saint Jérôme à la muraille » (vers 1515-1518) par Albrecht Altdorfer – Musée du Louvre

« Lamentation » (1512) par Albrecht Altdorfer – Bloc de bois – Staatliche Graphische Sammlung

« Crucifixion » (vers 1520) par Albrecht Altdorfer – Musée des Beaux-Arts de Budapest

« Saint Florian roué de coups » (vers 1520) par Albrecht Altdorfer – Galerie nationale de Prague

« Le Christ prenant congé de sa mère » (vers 1518-1520) par Albrecht Altdorfer – The National Gallery (Londres)

Les commandes de Maximilien

Maximilien Ier passa commande de publications richement illustrées qui devaient servir à prouver le caractère illustre et très ancien de la lignée des Habsbourg.

« Cortège triomphal de Maximilien Ier » par Albrecht Altdorfer – Albertina (Vienne)

« Cortège triomphal de Maximilien Ier » par Albrecht Altdorfer – Musée du Louvre

« Cortège triomphal de Maximilien Ier » par Albrecht Altdorfer – Musée du Louvre

Détail de « Cortège triomphal de Maximilien Ier » par Albrecht Altdorfer – Musée du Louvre

« La Bataille de Charlemagne contre les Avars » (151) par Albrecht Altdorfer – Germanisches Nationalmuseum (Nuremberg)

L’ornement et l’orfèvrerie

Altdorfer consacre de nombreuses estampes à la représentation d’objets et motifs d’ornement et d’orfèvrerie.

« Hercule et une muse » par Albrecht Altdorfer – Musée du Louvre

 

Le paysage et l’architecture

En matière de représentation de paysages et d’architectures, Altdorfer innove en les explorant pour eux-mêmes. Il est en effet l’un des premiers à exécuter des paysages et des intérieurs d’églises sans personnages.

« Paysage au double épicéa » (peu avant 1520) par Albrecht Altdorfer – Musée du Louvre

« Paysage à l’épicéa et aux deux saules » (peu avant 1520) par Albrecht Altdorfer – Albertina (Vienne)

« Paysage au château » (vers 1520-1525) « Paysage au double épicéa » (peu avant 1520) par Albrecht Altdorfer – Alte Pinakothek (Munich)

« Paysage à l’épicéa et au bûcheron » (vers 1522) par Albrecht Altdorfer – Staatliche Museum zu Berlin

« Vue du val d’Arco » (vers 1495) par Albrecht Dürer (1471-1528) – Musée du Louvre

« Paysage montagneux avec un village » (vers 1520) par Erhard Altdorfer – Albertina (Vienne)

« Intérieur de la synagogue de Ratisbonne » (1519) par Albrecht Altdorfer – Musée du Louvre

La fin de sa carrière

Fort de sa renommée, Altdorfer reçoit des commandes de la cour de Bavière, se consacrant essentiellement à la peinture. Il explore alors de nouveaux genres et continue de se nourrir des nouveautés de son temps.

« Crucifixion » (vers 1526-1528) par Albrecht Altdorfer – Staatliche Museum zu Berlin

« Vierge à l’Enfant » (1531) par Albrecht Altdorfer – Kunsthistorisches Museum (Vienne)

« Portrait de femme » (vers 1520-1530) par Albrecht Altdorfer – Museo Thyssen-Bornemisza (Madrid)

« Judith » (vers 1520-1530) par Albrecht Altdorfer – Musée du Louvre

En savoir +

Sur le site Internet du musée du Louvre consacré à l’exposition.

Exposition « Albrecht Altdorfer, Maître de la Renaissance allemande »
1er octobre 2020 – 4 janvier 2021
Musée du Louvre

COMMENTEZ CET ARTICLE