20 août 1700 à Salvador de Bahia (Brésil).
L’esclave Páscoa est arrêtée par l’Inquisition, accusée de bigamie pour s’être mariée au Brésil alors que son premier conjoint, épousé en Angola, est encore vivant. Les archives de son procès montrent les moyens impressionnants déployés par la justice inquisitoriale pour mener une longue enquête sur trois continents.

Dans « Páscoa et ses deux maris », Charlotte de Castelnau-L’Estoile présente les enjeux de ce procès et témoigne de la détermination de Páscoa face à ses juges. Son nouvel ouvrage, « Un catholicisme colonial », explique en quoi le mariage chrétien a été un élément clé de la colonisation du Brésil sur plus de deux siècles, dans un monde peuplé d’Indiens et d’esclaves africains.

Découvrez l’interview de Charlotte de Castelnau-L’Estoile dans la vidéo ci-dessous.

Charlotte de Castelnau-L’Estoile est professeur d’histoire moderne à l’Université Denis Diderot (Paris VII). Elle codirige la collection « Nouvelle Clio » aux Presses Universitaires de France.

En savoir +

« Páscoa et ses deux maris. Une esclave entre Angola, Brésil et Portugal », Puf
« Un catholicisme colonial. Le mariage des Indiens et des esclaves au Brésil, XVIe-XVIIIe siècle », Puf

 

Avez-vous envie de commenter cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.