[Chef-d’œuvre] « Acis et Galatée » de Nicolas Poussin

715

« Acis et Galatée » (vers 1626)
Nicolas Poussin (1594-1665)
National Gallery of Ireland (Dublin)

Nicolas Milovanovic, conservateur en chef du Patrimoine au Département des Peintures du Louvre, présente ce tableau conservé à la National Gallery of Ireland.

« Acis et Galatée » (vers 1626) par Nicolas Poussin (1594-1665) – National Gallery of Ireland (Dublin)

Comme le rappelle Nicolas Milovanovic dans le catalogue de l’exposition, la scène représentée par Nicolas Poussin superpose le cyclope Polyphème et les deux amants, Acis et Galatée. Ces derniers sont abrités par la draperie rouge portée par les Amours.

Assis sur un rocher, Polyphème est solitaire. Il exprime sa douleur par le son de la flûte de Pan qu’il serre entre ses mains. Le contraste entre la joie et la tristesse est saisissant. La figure de Polyphème est à la fois poignante et menaçante, quand on connaît la suite du récit, la mort d’Acis écrasé par un rocher projeté par le cyclope.

Mais pour l’instant, la fête des sens bat son plein et les deux amants sont enlacés sur des draperies étendues et ignorent le reste du monde, dans une lumière crépusculaire.

Il est possible que Poussin se soit inspiré du texte d’Ovide, lequel fait prononcer au cyclope une longue tirade d’amoureux transi obsédé par la beauté et les rebuffades de sa belle :

« Ô Galatée, tu es plus blanche qu’un beau lys, plus fraîche que les fleurs de la prairie, […] Mais en même temps, ô Galatée, tu es plus sauvage que la génisse indomptée, plus dure que le chêne chargé d’ans, plus trompeuse que l’onde […] Je souffrirais moins vivement de tes mépris, si tu fuyais tout le monde, comme tu me fuis : mais pourquoi repousser le Cyclope, et chérir un Acis ? Pourquoi préférer à mes caresses les caresses d’Acis ? […] Je lui arracherai, tout vivant, les entrailles ; je lancerai ses membres déchirés à travers les champs, et jusque dans la mer où tu habites : oh ! ainsi, soyez-vous réunis ! car enfin je brûle, et la flamme irritée n’en est que plus vive et plus terrible » – Ovide dans le livre XIII des « Métamorphoses »

Source pour le texte : catalogue de l’exposition

Cette vidéo est extraite de la visite privée de l’exposition « Poussin et l’amour », présentée du 26 novembre 2022 au 5 mars 2023 au musée des Beaux-Arts de Lyon.

COMMENTEZ CET ARTICLE