[Exposition] « Splendeurs des oasis d’Ouzbékistan » au musée du Louvre

765

Exposition « Splendeurs des oasis d’Ouzbékistan »
23 novembre 2022 – 6 mars 2023
Petite Galerie du Musée du Louvre

Dans la Petite Galerie du Louvre, l’exposition invite à un voyage en Ouzbékistan, état d’Asie centrale de 33 millions d’habitants, à la découverte de dix-neuf siècles de son histoire. Elle présente un ensemble de plus de 170 œuvres, parmi lesquelles des trésors nationaux ouzbeks jamais montrés en Occident mais restaurés pour l’occasion, et propose une immersion totale entre Samarcande et Boukhara grâce à des projections sur deux écrans géants.

Gengis Khan, Tamerlan, Marco Polo, autant de noms légendaires qui continuent à vivre dans nos imaginaires. Pourtant, l’Ouzbékistan reste largement méconnu. Le pays est entouré par le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan, l’Afghanistan et le Turkménistan, dans une région qui a fasciné Alexandre le Grand et les khalifes de Bagdad.

Tête de guerrier (1° siècle ap. J.-C.) – Khalchayan (Ouzbékistan) – Musée national des Arts d’Ouzbékistan (Tachkent)
Tête de guerrier (1° siècle ap. J.-C.) – Khalchayan (Ouzbékistan) – Musée national des Arts d’Ouzbékistan (Tachkent)

Le temps des états-Oasis et des royaumes

La naissance de la route de la soie, réseau de routes caravanières empruntées pour relier l’Extrême-Orient à la Méditerranée, est mentionnée par les sources chinoises dès le IIe siècle avant notre ère. À cette période se forment les États-Oasis d’Asie centrale.

Haut-relief à double registre représentant des adorants (2º-3° siècle ap. J.-C.) – ancienne Termez (Ouzbékistan) – Musée archéologique (Termez)

Le bouddhisme se développe dès le Ier siècle de notre ère.
Les parures et bijoux en or rendent compte de l’opulence qui caractérisait ces carrefours d’échanges commerciaux.

Les royaumes du milieu et l’apogée d’un art de cour

La fin du IIIe siècle voit se développer le commerce, avec l’enrichissement des royaumes sogdiens – au centre de l’Ouzbékistan actuel – dits « du milieu » car situés entre la Chine et la Méditerranée. L’art de cour atteint son apogée à partir du IVe siècle.

Personnage royal à dos d’éléphant combattant des fauves (vers 730) – Varakhsha (Ouzbékistan) – Musée national des Arts d’Ouzbékistan (Tachkent)

Les monumentales peintures murales des résidences princières de Varakhsha – à l’ouest de Boukhara – sont exceptionnellement mises à l’honneur grâce aux prêts du Musée des Beaux-Arts de Tachkent.

Personnage nimbé tenant une écharpe au-dessus de sa tête 3(° quart du 8º siècle,) – Varakhsha (Ouzbékistan) – Musée national d’Histoire, d’architecture et d’art (Samarcande)

Un autre ensemble du début du VIIIe siècle nous transporte à Samarcande. Des statues en terre crue et de la vaisselle précieuse, notamment en argent, rendent compte de l’apogée de cet art de cour.

Buste de Weshparkar (Mahadeva) (7° siècle) – Kuva (Ouzbékistan) – Musée national des Arts d’Ouzbékistan (Tachkent)
Bouteille (10º-12° siècle) – Paykend (Ouzbékistan) – Musée historique de Paykend (Boukhara)

Instauration d’un pouvoir islamique et islamisation culturelle

À partir du début du VIIIe siècle, l’Islam s’impose en Asie centrale, entraînant une islamisation politique et culturelle progressive. Véritables lieux de rayonnement intellectuel dès le Xe siècle, certaines villes deviennent des foyers de développement et diffusion culturelle et scientifique.

Fragment provenant d’un bandeau décoratif avec scènes de chasse et épigraphie (fin 12° – début 13e siècle) – Afrasiab (Ouzbékistan) – Centre national d’archéologie (Samarcande)

D’Avicenne à Gengis Khan

La période entre le XIe et le XIIe siècle est marquée par le règne sur ce territoire de la tribu turque des Qarakhanides, originaire de la région de Kashgar. Cette culture islamique intègre aux sources arabe et persane, une culture nomade asiatique et impose aussi la langue turque, aux côtés de l’arabe et du persan.

« Devisement du monde » et autres textes, folios 2 v° et 3 p° (vers 1410-1412), enluminé principalement par le Maître de la Mazarine et le Maître d’Egerton – BnF (Paris)

L’invasion de Gengis Khan renforce cette identité régionale est-asiatique. Cette période est illustrée par le prêt exceptionnel de manuscrits, comme le fameux « Livre des Merveilles » de la Bibliothèque nationale de France, qui nous plonge dans le voyage de Marco Polo dans cette Asie centrale et en Chine au XIIIe siècle.

Représentation de la constellation de Céphée – Les figures des étoiles fixes (Suwar alkawakib althabita) de ‘Abd al-Rahman al-Sufi (903-986)- Samarcande (Ouzbékistan) vers 1430-1440 – BnF (Paris)

Le temps des Grands empires : les Timurides et les Shaybanides

Cette section de l’exposition permet d’évoquer la figure de Tamerlan, fondateur de la dynastie des Timurides. La renaissance artistique est visible grâce à la peinture de manuscrits ou la porte du Gour-e mir qui est exposée pour la première fois en dehors d’Ouzbékistan.

Peinture des Ambassadeurs (milieu du 7e siècle) – Afrasiab (Ouzbékistan) – Musée historique de Samarcan

La peinture des Ambassadeurs

Le visiteur est ensuite invité à poursuivre son parcours dans les salles du département des Arts de l’Islam pour découvrir notamment la peinture dite « des Ambassadeurs », chef-d’œuvre du Musée archéologique d’Afrasian de Samarcande, qui permet d’évoquer les échanges économiques, culturels, technologiques, artistiques et religieux dans la région.

Détail de la peinture des Ambassadeurs (milieu du 7e siècle) – Afrasiab (Ouzbékistan) – Musée historique de Samarcan

Commissariat de l’exposition

Commissariat général : Yannick Lintz, présidente du musée des Arts asiatiques – Guimet
Commissariat scientifique : Rocco Rante, archéologue au département des Arts de l’Islam du musée du Louvre

Gourde (Mustakhara) (10-12° siècle ) – Samarcande (Ouzbékistan) – Musée national d’Histoire d’Ouzbékistan (Tachkent)

En savoir +

Consultez le site Internet du musée du Louvre.

Suaire de saint Josse Proche-Orient ou autre (vers 970) – Musée du Louvre

Exposition « Splendeurs des oasis d’Ouzbékistan »
23 novembre 2022 – 6 mars 2023
Petite Galerie du Musée du Louvre

COMMENTEZ CET ARTICLE