[Exposition] Degas à l’Opéra

1

Exposition « Degas à l’Opéra »
24 septembre 2019 – 19 janvier 2020
Musée d’Orsay

Tout au long de sa carrière, Edgar Degas a fait de l’Opéra le thème central de ses œuvres. De la salle de répétition à la scène et du foyer aux loges, il dessine et peint aussi bien les artistes que les spectateurs.
Pendant le confinement, je vous invite à revoir, en images, l’exposition que le musée d’Orsay consacrait, jusqu’au 19 janvier 2020, aux liens entre Degas et l’Opéra.

« La Répétition au foyer de la danse » (1873-1875) par Edgar Degas – The Phillips Collection (Washington)

Degas récuse le « sur le vif », et c’est dans l’atelier qu’il peint. Son Opéra, sous l’apparence du réel, n’est donc jamais « exact » .

« Il disait toujours que l’art est une convention, que le mot Art implique la notion d’artifice. » – Paul Valéry  à propos de Degas

« L’Entrée en scène » (1876-1883) par Edgar Degas – National Gallery of Art (Washington)

« On voit comme on veut voir ; c’est faux ; cette fausseté constitue l’art. » – Edgar Degas

Des modèles de sculptures antiques

« Ah! Giotto! Laisse-moi voir Paris, et toi, Paris, laisse-moi voir Giotto! » s’exclame Degas dans un carnet qu’il tient entre 1867 et 1874, signifiant son ambition de devenir le classique de la modernité.
Sous leur apparence de spontanéité, les danseuses au travail et au repos, se massant la cheville ou rajustant leur chausson, retrouvent les poses dynamiques des modèles de sculptures antiques et de maîtres anciens.

« Le secret, c’est de suivre les avis que les maîtres nous donnent par leurs œuvres en faisant autre chose que ce qu’ils ont fait. » – Edgar Degas

La musique

Le père de Degas tenait un salon où se jouait la musique « ancienne » : Bach, Rameau, et Gluck, la grande passion du peintre. En peintre de la vie et du mouvement, Edgar Degas représente aussi les musiciens de l’Opéra.

« Musiciens à l’orchestre » (vers 1870) par Edgar Degas – Fine Arts Museums of San Francisco

« Le Violoncelliste Louis-Marie Pilet » (vers 1868-1869) par Edgar Degas – Musée d’Orsay

De la salle Le Peletier au Palais Garnier

Degas connaîtra deux Opéras à Paris ; celui de la rue Le Peletier, détruit par le feu en 1873, puis le Palais Garnier à partir de 1875. L’Opéra Le Peletier, construit en 1820-1821, remplaçait provisoirement la salle de la rue de Richelieu, démolie en raison de l’assassinat du duc de Berry en 1820. Lorsque Degas commence à y travailler, le théâtre est voué à disparaître.

« La Leçon de danse » (1872) par Edgar Degas – Musée d’Orsay

« La Classe de danse » (1873) par Edgar Degas – National Gallery of Art (Washington)

Monument phare du Second Empire – un régime que Degas détestait – le Palais Garnier déplait à Degas aussi parce qu’il mettait en valeur les commandes passées aux artistes qu’il combattait ou méprisait.

« Danseuse posant chez un photographe » (1874) par Edgar Degas – Musée d’état des Beaux-Arts Pouchkine (Moscou)

Des coulisses à la scène

Après le succès de ses premières scènes d’Opéra, Degas investit le théâtre et, passant de la salle dans les coulisses, peint ses premières classes de danse.

« La Classe de danse » par Edgar Degas – Musée d’Orsay

Après s’être cassées à la barre, les danseuses, sous l’autorité des maîtres de ballet Jules Perrot ou Louis Mérante, entament l’une après l’autre les exercices du milieu, « les jetés, les balancés, les pirouettes, les gargouillades, les entrechats, les fouettés, les ronds de jambe, les assemblées, les pointes… »

« Danseuses » (1884-1885) par Edgar Degas – Musée d’Orsay

Avez-vous le pouvoir de me faire donner par l’Opéra une entrée pour le jour de l’examen de danse ? J’en ai tant fait de ces examens de danse sans les avoir vus, que j’en suis un peu honteux. » – Edgar Degas à Albert Hecht

« Danseuse à l’éventail » (vers 1879) par Edgar Degas – Dallas Museum of Art

Le succès immédiat des œuvres de Degas lui assure une clientèle. Il décline alors ces « produits » ou « articles » qui feront de lui, à son corps défendant, le « peintre des danseuses ».

« Trois danseuses dans les coulisses » (1880-1885) par Edgar Degas – The National Museum of Western Art (Tokyo)

« Ses danseuses sont, comme il le dit lui-même, non point de simples tableaux ou de simples études, mais des méditations sur la danse. » – Mirbeau

« Trois danseuses de ballet » (vers 1878-1880) par Edgar Degas – The Sterling and Francine Clark Art Institute (Williamstown, Massachussets)

Un laboratoire technique

L’Opéra est un laboratoire de l’art de Degas qui renouvelle son approche des médiums, des formats, des points de vue et des éclairages. C’est le seul univers exploré avec toutes les techniques pratiquées au cours de sa vie : l’estampe, la photographie, le pastel, la peinture, sur papier ou sur toile, la sculpture, les éventails.

« Danseuse debout, les mains croisées derrière le dos » (1874) par Edgar Degas – Collection David Lachemann

« Étude de danseuse » (vers 1873) par Edgar Degas – The J. Paul Getty Museum (Los Angeles)

Degas prépare ses tableaux par de nombreux dessins, des petits croquis des carnets aux grands dessins sur calque. Ces dessins ne sont pas toujours utilisés pour un tableau précis mais constituent un  réservoir formel dans lequel puiser.

« Dans une salle de répétition » (1890-1892) par Edgar Degas – National Gallery of collection Widener (Washington)

Les tableaux en long

A partir de 1879, Degas explore un format singulier, celui du double carré, dans des œuvres qu’il nomme « tableaux en long ».

« La Leçon de danse » (vers 1880) par Edgar Degas – The Sterling and Francine Clark Art Institute (Willimastown, Massachussets)

L’élan diagonal qu’il donne à ses compositions suggère à l’œil du spectateur que la course des ballerines se poursuit au-delà du cadre de la toile.

« Danseuses au foyer » (vers 1900-1905) – Collection particulière

Éclairages et points de vue

Les points de vue audacieux qu’adopte Degas renforcent la théâtralité : vues de biais, du dessous, du dessus, loges, scènes, balcons, mais aussi spectateurs et acteurs se révèlent sous un jour particulier.

« Danseuse assise se massant le pied » (1881-1883) par Edgar Degas – Musée d’Orsay

« Danseuse ajustant son chausson » (1885) par Edgar Degas – Dixon Gallery and Gardens (Memphis)

« Ballet » dit aussi « L’Étoile » (1876-1877) par Edgar Degas – Musée d’Orsay

Une orgie de couleurs

En 1899, Degas invite Julie Manet à voir dans son atelier « des orgies de couleurs qu'[il]fai[t]en ce moment », ce qui touche d’autant plus la fille de Berthe Morisot qu’ « il ne montre jamais ce qu’il fait », raconte-elle dans son Journal.

« Danseuses sur la scène » (vers 1889-1894) par Edgar Degas – Musée des Beaux-Arts de Lyon

Au tournant du siècle, Degas se concentre sur le fusain et le pastel, ses deux techniques de prédilection. Avec le pastel, il peut dessiner directement avec la couleur et manier la matière sensuelle sans l’intermédiaire d’un outil.

« Femmes dans une loge » (1885-1890) par Edgar Degas – Glasgow Museums

« Trois danseuses (jupes bleues, corsages rouges) » (vers 1903) par Edgar Degas – Fondation Beyeler (Riehen/Bâle)

Degas reprend les mêmes compositions dans des couleurs différentes, totalement irréelles, où seule comptent la vivacité, l’harmonie ou la stridence visuelles.

« Groupe de danseuses » (vers 1898) par Edgar Degas – National Galleries of Scotland (Édimbourg)

Sources :
– dossier de présentation de l’exposition
– « Regards d’écrivains au musée d’Orsay » (1992) aux Éditions de la Réunion des musées nationaux

« Scène de ballet » (vers 1890) par Edgar Degas – Dixon Gallery and Gardens (Memphis)

Exposition « Degas à l’Opéra »
24 septembre 2019 – 19 janvier 2020
Musée d’Orsay

Pendant la période de confinement, retrouvez le musée d’Orsay sur Internet.

« Portrait d’amis, sur la scène » (1879) par Edgar Degas – Musée d’Orsay

Un commentaire

COMMENTEZ CET ARTICLE