Exposition « Louis XV : passions d’un roi »
18 octobre 2022 – 19 février 2023
Château de Versailles

Le château de Versailles consacre, pour la première fois, une grande exposition au roi Louis XV à l’occasion du tricentenaire du retour de la Cour à Versailles. Avec des prêts d’œuvres provenant de collections du monde entiers, pour beaucoup inédites ou jamais présentées en France, cette exposition spectaculaire propose un éclairage nouveau sur un personnage historique dont le règne et la personnalité demeurent encore méconnus. Elle révèle également son attachement aux arts et son implication dans l’avènement du style rocaille.

« Louis XV enfant, à l’âge de cinq ans » (1716) par Antoine Coysevox (1640-1720) – The Frick Collection (New York)
« Portrait équestre de Louis XV, roi de France » (1723) par Charles Parrocel (1688-1752) – Château de Versailles
« Madame de Ventadour avec le roi Louis XIV et ses héritiers » (vers 1715) attribué à Nicolas de Largillière (1656-1746) et atelier – The Wallace Collection (Londres)

Né en 1710 à Versailles, Louis XV est le fils du duc de Bourgogne et de Marie-Adélaïde de Savoie, et l’arrière-petit-fils de Louis XIV. Dauphin à la mort de son père en 1712, il devient roi à cinq ans, en 1715, à la mort du Roi-Soleil.

« Le lit de Justice tenu au Parlement à la majorité de Louis XV (22 février 1723) » par Nicolas Lancret – Musée du Louvre
Couronne de Louis XV (1722) par Augustin Duflos – Musée du Louvre

En 1722, peu après la réinstallation du gouvernement et de la cour à Versailles, le jeune roi est sacré à Reims, ouvrant un règne de plus de cinquante ans.

Acte de mariage du roi Louis XV et de la reine Marie Leszczynska en 1725″ (15 août 1725) – Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg

L’homme privé

La première partie revient sur l’enfance du Roi, son éducation, son entourage et sa famille. Elle permet de mieux comprendre comment s’est forgée la personnalité du monarque surnommé le « Bien-aimé ».

« Madame Mercier entourée de sa famille » (1731) par Jacques Dumont (1701-1781), dit Dumont le Romain – Musée du Louvre

De nature timide et mélancolique, Louis XV préfère l’intimité des appartements privés à la vie publique et s’entoure d’un cercle restreint de femmes et d’hommes auxquels il voue toute sa confiance.

Au premier plan : « Marie Leszczynska (1703-1768), reine de France » (1748) par Jean-Marc Nattier (1685-1766) – Château de Versailles
« Service Berkeley » (vers 1737) par Jacques Roëttiers (1707-1784) – Collection particulière

Homme profondément croyant, il a paradoxalement maintenu tout au long de sa vie des relations avec des favorites qui ont, pour certaines, – Madame de Pompadour notamment, – exercé une influence majeure sur le Roi.

Au premier plan : « Madame de Pompadour en Amitié » (1753) par Jean-Baptiste Pigalle – Musée du Louvre
« Marie-Thérèse de Savoie (1756-1805), comtesse d’Artois » par François-Hubert Drouais (1727-1775) – Château de Versailles
« L’Odalisque » (1743) par François Boucher (1703-1770) – Musée des Beaux-Arts de Reims
« L’Amour assis sur le bord de la mer, rassemblant les colombes du char de Vénus » (1755) par Louis-Claude Vassé (1717-1772) – Musée du Louvre
Au premier plan : « L’Amour essayant une de ses flèches » (1753) par Jacques Saly (1717-1776) – Musée du Louvre

Les passions personnelles du roi

La deuxième partie de l’exposition permet d’évoquer ses passions, au premier rang desquelles les sciences, les livres, la botanique, la chasse mais aussi le goût pour les bâtiments.

« Un lion d’Afrique combattu par des Dogues » et « Un ours de Pologne arrêté par des chiens de forte race » (1757) par Jean-Jacques Bachelier – Musées d’Amiens

La chasse constituait sa principale activité physique. Sauf en cas de maladie ou lors de campagnes militaires, Louis XV s’y adonna à un rythme moyen de trois fois par semaine et n’y renonçait que lorsque le temps l’en empêchait.

« Le cerf qui tient aux chiens sur les rochers de Franchard » (1737) par Jean-Baptiste Oudry (1686-1755) – Musée des Arts décoratifs (Paris)

Louis XV fait de Trianon un jardin d’expérimentations botaniques, commande des objets scientifiques à la pointe de la technologie et ordonne aux géographes et aux astronomes de cartographier le pays.

Microscope tripode (vers 1750) par Claude-Siméon Passemant ingénieur ; attribué à Jacques et Philippe Caffieri, sculpteurs et bronziers ; exécuté sous la direction de Michel- Ferdinand d’Albert d’Ailly, duc de Chaulnes – Château de Versailles
« L’École de chirurgie en construction » (1773) par Hubert Robert (1733-1808) – Musée Carnavalet (Paris)

L’exposition réunit, pour la première fois, l’ensemble des réductions des statues érigées sur les places royales réalisées par Louis XV – Versailles, Rennes, Bordeaux, Rouen, ou encore Nancy – encore existantes.

Statues des places royales

Louis XV et les arts de son temps

La dernière section de l’exposition met en valeur le style indissociable de son règne tout en montrant dans quel univers il pouvait évoluer au quotidien. Elle dévoile les œuvres insignes qui entouraient le Roi et ses proches dans leur vie quotidienne.

Commode à décor de plaques de porcelaine (1765 – 1772) par la Manufacture royale de porcelaine de Sèvres, Martin Carlin (vers 1730-1785) et Charles-Nicolas Dodin (1734-1803) – Musée du Louvre

Louis XV allait découvrir régulièrement les nouvelles productions des manufactures des Gobelins, de la Savonnerie et de Sèvres et demeura fidèle au style des arts décoratifs des années 1720 à 1760.

Commode de la chambre de Louis XV à Versailles (1739) par Antoine-Robert Gaudreaus (vers 1682-1746) et Jacques Caffieri (1678-1755) – The Wallace Collection (Londres)

Il fit exécuter certains des plus grands chefs-d’œuvre de l’art rocaille comme la grande commode de l’ébéniste Antoine-Robert Gaudreaus, placée dans la nouvelle chambre du roi en 1739. Ce meuble exceptionnel avait quitté le château en juin 1774 et revient aujourd’hui pour la première fois à Versailles.

Ensemble de 20 fontaines : « Après nous, le déluge » (2022) par le collectif Lignereux – Collection particulière (Suisse)

Une création contemporaine originale

L’exposition présente également une création spectaculaire, intitulée « Après nous, le déluge », réalisée par le collectif Lignereux, héritier contemporain du célèbre marchand-mercier Martin-Eloy Lignereux (1751-1809).

Pendule astronomique (1729-1754) réalisée par Claude-Siméon Passemant, Louis Dauthiau, Jacques et Philippe II Caffiéri – Château de Versailles

Commissariat de l’exposition

Yves Carlier, conservateur général du patrimoine, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon
Hélène Delalex, conservateur du patrimoine, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon

Médaille su sacre de Louis XV (1722) par Jean Duvivier (1687-1761) – Bibliothèque nationale de France

En savoir +

Visitez le site Internet du château de Versailles.

Au centre : Lustre à neuf bras de lumière, aux armes de madame de Pompadour (vers 1750-1755) par Jacques Caffieri (1678-1755) et/ou Philippe Caffieri (1714-1774) – Bibliothèque Mazarine

Exposition « Louis XV : passions d’un roi »
18 octobre 2022 – 19 février 2023
Château de Versailles
Place d’Armes
78000 Versailles

Série des Chasses exotiques de Louis XV (1735-1739) – Musée de Picardie (Amiens)