Exposition « Helena Rubinstein. La collection de Madame »
19 novembre 2019 — 28 juin 2020
Musée du Quai Branly – Jacques Chirac

Helena Rubinstein (1872-1965) est la première femme à avoir créé à la fois une culture et une industrie de la beauté à l’échelle mondiale. Sa vie durant, elle a acquis un grand nombre d’œuvres et d’objets en tout genre. La collection de « Madame » – comme elle aimait se faire appeler, en écho au « Mademoiselle » de Coco Chanel – en a fait une mécène de légende.

Figure d’homem assis – République démocratique du Congo, région du Kasaï occidental (19e siècle) – Metropolitan Museum of Art (New York)

Le parcours de collectionneuse et le rôle d’Helena Rubinstein dans la reconnaissance des arts africains et océaniens est peu connu ; c’est donc cette histoire que la nouvelle exposition temporaire du Musée du Quai Branly nous raconte. Quelques mois après l’exposition consacrée à « Madame » par le Musée d’art et d’histoire du judaïsme, le Musée du Quai Branly présente 66 œuvres parmi les 400 pièces d’arts extra-occidentaux rassemblés par Helena Rubinstein.

Figure féminine du lefem du Cameroun (avant 1897) – Fondation Dapper (Paris)

La fréquentation assidue des cercles intellectuels, des galeries d’art et des ventes publiques, permet à Helena Rubinstein d’accéder à une large typologie d’objets.
Initiée par le sculpteur Jacob Epstein, Helena Rubinstein collectionne des pièces du Nigeria, du Cameroun et du Congo dont elle apprécie l’expressivité et la force qui répondent à ses goûts d’avant-garde.

A gauche : masque-cimier anthropomorphe Ejagham – Nigeria, région de la Cross River (19e siècle) – Collection particulière (New York)

A gauche : figure féminine « nyeleni » Bamana – Mali, région de Sikasso (19e – début du 20e siècle) – Collection Célestin Clamra

Figures d’ancêtres, gardiens de reliquaires

Marionnette féminine sogo bo Bamana du Mali, région de Koutiala (19e – début du 20e siècle) – Collection Malcolm

Yayoroba, la « femme idéale » (photo ci-dessus), est une marionnette utilisée dans le cadre d’une performance théâtrale. La haute et large coiffe à tresses latérales encadrant le visage émacié souligne un statut social élevé du personnage représenté. Cette figure occupait une des niches centrales du salon africain de « Madame ».

Masque d’initiation féminin Dan de la Côte-d’Ivoire, région de Man (19e siècle) – Collection particulière

Cette coiffe en fibres végétales tressées en diadème (photo ci-dessus) évoque un chapeau qu’affectionnait particulièrement Helena Rubinstein et dont elle utilisa le principe dans les publicités de ses cosmétiques.

Masque-heaume « ngontang » Fang – Gabon, région du fleuve Komo (19e siècle) – Detroit Institute of Arts

Le masque ngontang à quatre visages ci-dessus arbore la couleur blanche des esprits. Le visage s’inscrit dans une forme de coeur dont la partie supérieure dessine l’arc des sourcils. Ce type blanc semblait constituer pour « Madame » une image parfaite de la beauté.

Masque facial Sénoufo – Côte d’Ivoire, région de Korhogo (fin du 19e – début du 20e siècle) – Collection particulière

Helena Rubinstein, première femme d’affaires du 20e siècle était surnommée « l’Impératrice de la beauté » par Jean Cocteau. Au moment de sa mort en 1965, à l’âge de 96 ans, elle avait réuni une importante et hétéroclite collection d’œuvres d’art répartie entre ses divers lieux de vie : son appartement de Park Avenue à New York, sa maison londonienne et son son hôtel particulier de l’île Saint Louis à Paris.
Selon sa volonté, ses collections d’art ont été dispersées au cours de ventes aux enchères à New York en avril et octobre 1966. Plus de 350 lots d’objets d’art africain et océanien furent cédés pour 470.000 dollars.

Statuette féminine Mossi du Burkina Faso (fin du 19e – début du 20e siècle) – Musée du quai Branly

Le musée du quai Branly conserve 6 œuvres de la collection d’Helena Rubinstein, dont une pièce se trouve au Pavillon des Sessions du Louvre et deux dans les collections permanentes (dont la statue ci-dessus).

Source : dossier de presse de l’exposition

Toutes le photographies par @scribeaccroupi.

Figure féminine assise Sénoufo/Baman (?) – Mali, région de Folona (19e – début du 20e siècle) – Metropolitan Museum of Art (New York)

En savoir +

Page spéciale sur le site Internet du Musée du Quai Branly.

Figure d’homme agenouillé « moisi » Kongo – République démocratique du Congo (19e siècle) – Metropolitan Museum of Art (New York)

Exposition « Helena Rubinstein. La collection de Madame »
19 novembre 2019 — 28 juin 2020
Musée du Quai Branly – Jacques Chirac
37, quai Branly
75007 Paris

Avez-vous envie de commenter cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.