Exposition « La collection Alana. Chefs-d’œuvre de la peinture italienne »
13 septembre 2019 – 20 janvier 2020
Musée Jacquemart-André (Paris)

Le musée Jacquemart-André présente 75 chefs-d’œuvre de la collection Alana, l’une des collections privées les plus secrètes, actuellement conservée aux États-Unis.
Uccello, Fra Angelico, Lorenzo Monaco, Carpaccio, Bronzino, Gentileschi ou Vasari : les plus grands maîtres sont représentés, faisant écho à la collection rassemblée par les époux Jacquemart-André dans le musée qui porte aujourd’hui leur nom.

« Les Symboles des quatre évangélistes » par Paolo Caliari, dit Véronèse (1528-1588) – Collection Alana

Cette exposition permet d’admirer, pour la première fois au monde, des tableaux qui n’avaient jusque-là jamais été présentés ensemble au public.

« Saint Jean l’Évangéliste avec un prophète » (vers 1330-1335) par Jacopo del Casentino (actif vers 1320-1349) ) Collection Alana

D’où vient le nom de la collection ?

« Alana » est la réunion des prénoms d’Alvaro Saieh et Ana Guzmán, le couple de propriétaires de la collection. Tous deux se disent fascinés pour l’art gothique et la Renaissance italienne mais s’intéressent aussi à la peinture des XVIe et XVIIe siècles.

« L’Adoration des bergers » par Jacopo da Ponte, dit Jacopo Bassano (vers 1510-1592) – Collection Alana

Je sais qu’il y a plus de profit à faire dans l’art contemporain, mais je ne suis pas ici pour l’argent. Je collectionne simplement ce qui me plaît et ces œuvres me plaisent beaucoup. » – Alvaro Saieh

« Vierge à l’Enfant » (années 1470) par un artiste de l’entourage d’Andrea del Verrochio (1435-1488) – Collection Alana

Détail de la « Vierge à l’Enfant » (années 1470) par un artiste de l’entourage d’Andrea del Verrochio (1435-1488) – Collection Alana

Détail de la « Vierge à l’Enfant » (années 1470) par un artiste de l’entourage d’Andrea del Verrochio (1435-1488) – Collection Alana

Personnellement, je vais parfois à l’encontre du marché. Si je trouve un tableau exceptionnel, je l’achète, qu’il s’agisse ou non d’un artiste de premier plan. » – Alvaro Saieh

Vue actuelle de la Collection Alana dans l’appartement du couple de collectionneurs aux États-Unis – Photo © Allison Chipak

Dans l’appartement dans lequel la collection est habituellement exposée, les œuvres sont disposées selon un accrochage très dense, dans la tradition des grandes collections classiques et des Salons des XVIIIe et XIXe siècles. L’agencement de la première salle de l’exposition au musée Jacquemart-André permet d’évoquer cette scénographie.

« Déposition de croix » (vers 1520) par Francesco Ubertini, dit Bachiacca (1494-1557) – Collection Alana

« Le Martyre de sainte Apolline » (vers 1614) par Guido Reni (1575-1642) – Collection Alana

« Le Christ mort soutenu par deux anges » (vers 1490) par Vittore Carpaccio (1465-1525/1526) – Collection Alana

« Vierge à l’Enfant sur un trône avec deux anges, sainte Brigitte de Suède et saint Michel archange » par Maître de Pratovecchio, (actif vers 1450) – Collection Alana

Les ors des primitifs italiens

Au XIIIe siècle, les œuvres traduisent le désir de retrouver une relation plus directe avec Dieu et de raconter l’histoire des hommes, la foi qui les anime et leur amour de la nature.

Diptyque avec des scènes de l’Enfance et de la Passion du Christ (vers 1335-1345) par le Maître des Dossali vénitiens (actif vers 1325-1350) – Collection Alana

« Christ aux outrages » (vers 1395) par Niccolo di Pietro Gerini (documenté de 1368 à 1415/1416) – Collection Alana

La première Renaissance florentine

À l’aube du XVe siècle, Lorenzo Monaco est le plus grand peintre de Florence. Formé dans la tradition giottesque, il abandonne celle-ci au profit du style sinueux et élégant du Gothique international.

« L’Annonciation » (vers 1420-1424) par Lorenzo Monaco, (Actif à Florence, 1389-1423/24) – Collection Alana

Détail de « L’Annonciation » (vers 1420-1424) par Lorenzo Monaco, (Actif à Florence, 1389-1423/24) – Collection Alana

Détail de « L’Annonciation » (vers 1420-1424) par Lorenzo Monaco, (Actif à Florence, 1389-1423/24) – Collection Alana

Dans le tableau de Lorenzo Monaco, l’archange Gabriel s’agenouille devant la Vierge et lui annonce qu’elle portera le Fils de Dieu. Troublée par l’arrivée de l’ange, Marie laisse tomber son psautier et lève la main dans un geste de surprise.

Détail de « L’Annonciation » (vers 1420-1424) par Lorenzo Monaco, (Actif à Florence, 1389-1423/24) – Collection Alana

« Saint Jean l’Évangéliste » (vers 1432-1434) par Fra Filippo Lippi (vers 1406-1469) – Collection Alana

« Vierge à l’Enfant » (vers 1453-1454) par Paolo Uccello (1397-1475) – Collection Alana

La spiritualité florentine

La redécouverte de l’héritage antique permet à la peinture florentine de s’affranchir de la vision médiévale qui prévalait jusqu’alors. « Le Christ en croix » et « Le Christ rédempteur », deux œuvres sans doute destinées à la dévotion privée, révèlent les différentes facettes de l’art florentin du XVe siècle.

« Le Christ en croix adoré par des saints » par un collaborateur de Botticelli (Maître des monuments gothiques) – Collection Alana

« Le Christ Rédempteur » ou « Christ de douleur » (vers 1490) par Cosimo Rosselli (1439 – 1507) – Collection Alana

La grande peinture vénitienne

Vers la fin du XVe siècle, les peintres abandonnent progressivement la tempera (peinture à l’œuf) pour la peinture à l’huile et changent également de support, les panneaux de bois faisant place à des toiles.

« Saint Pierre ; saint Paul » par Paolo Caliari, dit Véronèse (1528-1588) – Collection Alana

Splendeurs à la cour des Médicis

Avec le retour au pouvoir des Médicis, le genre du portrait est mis à l’honneur à Florence. Les Médicis assoient leur autorité en concevant une politique de légitimation par l’image qui connaît son apogée avec Cosme Ier. Bronzino est chargé de concevoir le nouveau langage pictural du duché.

« Cosme Ier de Médicis » (vers 1560) par Bronzino (1503-1572) – Collection Alana

« Saint Côme » (vers 1543-1545) par Bronzino (1503-1572) – Collection Alana

« Salvator Mundi » (vers 1561) par Giorgio Vasari (1511-1574) – Colelction Alana

Le baroque

Le Concile de Trente (1545-1563) donne un nouveau rôle à la création artistique : les œuvres ne doivent plus seulement être un support de dévotion, mais aussi d’enseignement.

« L’Annonciation » par Orazio Gentileschi (1563-1639) – Collection Alana

Détail de « L’Annonciation » (vers 1582-1588) par Annibal Carrache (1560-1609) – Collection Alana

« La Vierge et l’Enfant » (vers 1610-1612) par Orazio Gentileschi (1563-1639) – Collection Alana

La collection Alana est à découvrir jusqu’au 20 janvier 2020 au musée Jacquemart-André.
Je vous proposerai très prochainement une visite privée avec Carlo Falciani, historien de l’Art et commissaire de l’exposition.

En savoir +

Sur le site internet du musée Jacquemart-André.

« Saint Jérôme pénitent » (vers 1495) par Fra Bartolomeo, (1473-1517) – Collection Alana

Exposition « La collection Alana. Chefs-d’œuvre de la peinture italienne »
13 septembre 2019 – 20 janvier 2020
Musée Jacquemart-André (Paris)

« Saint Pierre Martyr exorcisant un démon ayant pris les traits d’une Vierge à l’Enfant » (vers 1450) par Antonio Vivarini (documenté à partir de 1440) – Collection Alana

Un commentaire

Avez-vous envie de commenter cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.