[Visite privée] Exposition « Soleils Noirs » au Louvre-Lens

0

Exposition « Soleils Noirs. De l’Egypte à Soulages, l’épopée de la couleur noire »
25 mars 2020 – 25 janvier 2021
Louvre-Lens

Pigment très difficile à obtenir, le noir a longtemps été, dans la peinture, la couleur des puissants. L’exposition du Louvre-Lens rassemble 180 chefs-d’œuvre, croise les époques et les disciplines en une plongée lumineuse dans cette couleur de tous les paradoxes, suscitant aussi bien la crainte qu’une étrange fascination.

De l’Antiquité à nos jours et de Botticelli à Soulages en passant par Ribera, Courbet, Malévitch et Soulages, Marie Lavandier, directrice du Louvre-Lens et co-commissaire de l’exposition, nous dévoile comment le noir a inspiré les artistes.

Le noir, couleur du charbon et des « gueules noires », est le symbole du Bassin minier du Nord-Pas de Calais. L’exposition « Soleils Noirs » permet de célébrer le 300e anniversaire de la découverte de la première veine de charbon à Fresnes-sur-Escaut dans les Hauts-de-France.

Le saviez-vous ? Le Louvre-Lens a été construit au-dessus d’une veine de charbon.

« Le Ruisseau du Puit-Noir » (1865) par Gustave Courbet – Musée des Augustins de Toulouse

Les orages et les eaux sombres permettent à l’artiste de révéler la richesse du noir.

« Héro et Léandre » (1866) par Louis Baader – Musée de Grenoble

« La Solitude » (1893) par Alexandre Harrison – Musée d’Orsay

Par un usage sensible du clair-obscur, qui se développe au 17e siècle, les artistes font émerger des ténèbres des corps souffrants et en restituent les atmosphères dramatiques.

« Le Bon Samaritain » (1870) par Théodule Ribot – Musée d’Orsay

Absence de lumière née d’une source de lumière, l’ombre est la fondatrice mythique du dessin et devient chez certains artistes le cœur même de la toile.

« Ombres portées » (1891) par Émile Friant – Musée d’Orsay

Communément associé aux enfers, depuis l’Antiquité et dans les différentes religions, le noir suscite la crainte et la fascination.

« La chute des anges rebelles » (14e siècle) par le Maitres des anges rebelles – Musée du Louvre

« Les trois sorcières de Macbeth » par Johann Heinrich Füssli – Kunsthaus (Zurich)

Statue du Dieu Osiris (755-655 avant J.-C.) – Musée du Louvre

« Le Christ avec la colonne avec saint Pierre » (vers 1670) par Bartolomé Esteban Murillo – Musée du Louvre

« Vanité ou Allégorie de la vie humaine » (vers 1640-1650) par Philippe de Champaigne – Musée de Tessé (Le Mans)

« Pietà » (1842) par Hippolyte Flandrin – Musée des Beaux-Arts de Lyon

Avec cette « Pietà » (photo ci-dessus), Hyppolyte Flandrin accentue l’intensité dramatique de son tableau, en représentant une mère sans visage, se détachant à peine du fond sombre de la toile, penchée sur le corps de son fils.

« La Dame au gant » (1869) par Carolus-Duran – Musée d’Orsay

« Portrait de jeune homme » (vers 1480-1485) par Sandro Botticelli – Musée du Louvre

« Portrait de Platon » (vers 1630) par José de Ribera – Collection des Musées de Picardie (Amiens)

Adoptant une démarche radicale, certains artistes comme Kasimir Malévitch, vont utiliser le noir pour son caractère symbolique autant que plastique.

En savoir +

Sur la page dédiée à l’exposition du site Internet du Louvre-Lens.

« Croix [noire] » (1915) par Kasimir Malévitch – Centre Pompidou / Musée National d’Art Moderne de Paris

Exposition « Soleils Noirs. De l’Egypte à Soulages, l’épopée de la couleur noire »
25 mars 2020 – 25 janvier 2021
Louvre-Lens
99 rue Paul Bert
62300 Lens

COMMENTEZ CET ARTICLE