Exposition « Delacroix. Une lutte moderne »
Musée national Eugène-Delacroix
11 avril – 23 juillet 2018

Pendant que Delacroix est à l’honneur au musée du Louvre, le musée national qui porte son nom présente la toute première exposition dédiée aux décors de la chapelle des Saints-Anges, chefs-d’œuvre de la peinture du XIXe siècle.
Eugène Delacroix consacra les dernières années de sa vie à peindre les décors de cette chapelle de l’église Saint-Sulpice à Paris.

L’étude du Beau est un duel où l’artiste crie de frayeur avant d’être vaincu. » – Charles Baudelaire (« Le Confiteor de l’artiste »)

Décor de Delacroix dans l’église Saint-Sulpice (Paris)

Le matin de ce jour, j’ai travaillé beaucoup à l’église, inspiré par la musique et les chants d’église. Il y a eu un office extraordinaire à huit heures ; cette musique me met dans un état d’exaltation favorable à la peinture. » – 30 août 1855 – Journal de Delacroix

Décor de Delacroix dans l’église Saint-Sulpice (Paris)

Je mène la vie d’un cénobite, et tous mes jours se ressemblent. Je travaille tous les jours à Saint-Sulpice, sauf les dimanches, et ne vois personne. » – 27 août 1856 – Journal de Delacroix

Décor de Delacroix dans l’église Saint-Sulpice (Paris)

Je me rappelle, quand nous sommes entrés […] la vision du Delacroix surgissant brusquement au milieu du clair-obscur… Un éblouissement provoqué par le contact subit avec la chapelle qui s’offre de manière imprévue, presque comme une fausse note dans la pénombre. […] En y réfléchissant, j’avais été alors plus intrigué qu’intéressé. Je trouvais inattendue la présence de Delacroix dans cette église. J’étais fasciné par les gros mollets de l’Ange. » – Jean-Paul Kauffmann (« La Lutte avec l’ange »)

Titien, Raphaël, Géricault…

Grâce à des prêts exceptionnels, l’exposition révèle les sources choisies par Delacroix pour la conception de ses peintures.

« Etudes pour La Mort de saint Pierre martyr » par Titien – prêt du palais des Beaux-Arts de Lille

« La Lutte de Jacob avec l’ange » (vers 1580-1590) par Ippolito Scarsellino – prêt du musée national du palais de Compiègne

« Le Martyre de saint Pierre dominicain, d’après Titien » par Théodore Géricault (1791-1824) – prêt du Kunstmuseum de Bâle

« Saint Michel terrassant Satan d’après Raphaël » par Pierre Alexandre Tardieu (1756-1844) – prêt de la Bibliothèque nationale de France

« Saint Michel combattant les anges rebelles, d’après Rubens » par Lucas Vorsterman – prêt de la Bibliothèque nationale de France

« Le Martyre de saint Pierre dominicain, d’après Titien » par Henri Laurent (1779-1822) – prêt de la Bibliothèque nationale de France

« Les Lutteurs d’après Céphisodote le Jeune » attribué à Delacroix – Collection particulière

Un épisode biblique

La lutte de Jacob avec l’ange est un épisode de la Genèse où Jacob revient dans son pays après un exil de vingt années. Se retrouvant seul sans ses compagnons, Jacob est provoqué pour un étrange combat.

Il resta seul, et quelqu’un lutta avec lui jusqu’à l’aurore. Quand l’adversaire vit qu’il ne pouvait pas vaincre Jacob dans cette lutte, il le frappa à l’articulation de la hanche, et celle-ci se déboîta. Il dit alors : « Laisse-moi partir, car voici l’aurore. » — « Je ne te laisserai pas partir si tu ne me bénis pas », répliqua Jacob. L’autre demanda : « Comment t’appelles-tu ? » — « Jacob », répondit-il. L’autre reprit : « On ne t’appellera plus Jacob mais Israël, car tu as lutté contre Dieu et contre les hommes, et tu as été le plus fort. » Jacob demanda : « Dis-moi donc quel est ton nom. » — « Pourquoi me demandes-tu mon nom ? » répondit-il. Alors il bénit Jacob. Celui-ci déclara : « J’ai vu Dieu face à face et je suis encore en vie. » – Extrait de la Genèse

Décor de Delacroix dans l’église Saint-Sulpice (Paris)

Pour tenir à cette vie, je me couche de bonne heure, sans rien faire d’étranger à mon propos, et ne suis soutenu, dans ma résolution de me priver de tout plaisir, et au premier rang celui de rencontrer ceux que j’aime, que par l’espoir d’achever. Je crois que j’y mourrai. » – 15 janvier 1861 — Journal de Delacroix

« Etude pour La Lutte de Jacob et de l’ange » (1854-1860) par Delacroix – prêt du Metropolitan Museum of Art de New-York

Etudes préparatoires

L’exposition réunit plusieurs études réalisées par Eugène Delacroix pour élaborer les décors de Saint-Sulpice.

« Cavalier entouré de deux figures volantes fustigeant un homme » (1850-1854) par Delacroix – Musée du Louvre

« Etude pour Héliodore, cheval et cavalier » (1854-1860) par Delacroix – Musée national Eugène-Delacroix

Réinterprétations

L’exposition rassemble des œuvres que « La Lutte de Jacob avec l’ange » a pu inspirer à de grands artistes tels Gustave Moreau ou Marc Chagall.

« Etude pour La Lutte de Jacob et l’ange » (1960-1966) par Marc Chagall – prêt du musée national Marc-Chagall de Nice

à droite : « Etude pour La Lutte de Jacob avec l’ange » par Marc Chagall (1887-1985) – prêt du musée national Marc-Chagall de Nice

« Combat de Jacob et l’ange » (1964) par Jean Bazaine (1904-2001) – Musée national d’Art moderne de Paris

La vérité est que dans les dernières années de sa vie, tout ce qu’on appelle plaisir en avait disparu, un seul âpre, exigeant, terrible les ayant tous remplacés, le travail, qui alors n’était plus seulement une passion mais aurait pu s’appeler une fureur. » – Charles Baudelaire (« L’œuvre et la vie d’Eugène Delacroix »)

La lutte avec l’Ange…
La lutte de l’homme avec son destin…
La lutte de l’artiste avec sa création…
Une lutte moderne !

La peinture me harcèle et me tourmente de mille manières à la vérité, comme la maîtresse la plus exigeante ; depuis quatre mois, je fuis dès le petit jour et je cours à ce travail enchanteur, comme aux pieds de la maîtresse la plus chérie ; ce qui me paraissait de loin facile à surmonter me présente d’horribles et incessantes difficultés ; mais d’où vient que ce combat éternel, au lieu de m’abattre, me relève ; au lieu de me décourager, me console et remplit mes moments, quand je l’ai quitté ? Heureuse compensation de ce que les belles années ont emporté avec elles ; noble emploi des instants de la vieillesse qui m’assiège déjà de mille côtés, mais qui me laisse pourtant encore la force de surmonter les douleurs du corps et les peines de l’âme ! » – 1er janvier 1861 — Journal de Delacroix

Exposition « Delacroix. Une lutte moderne »
Musée national Eugène-Delacroix
6, rue de Furstenberg
75006 Paris

En savoir +

Sur la page dédiée à l’exposition sur le site du musée national Eugène-Delacroix

Commentez cet article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.