Exposition « Le voyage illustré d’Emile Guimet en Asie »
6 décembre 2017 – 12 mars 2018
Musée national des arts asiatiques – Guimet

Fils d’un industriel lyonnais, Émile Guimet (1838-1918) est le fondateur du musée parisien qui porte son nom. En 1876, il entame un grand voyage avec le peintre et caricaturiste Félix Régamey (1844-1907) afin de parcourir le Japon, le Chine, l’Asie du Sud-Est, l’Inde et Ceylan.

L’exposition du musée Guimet évoque ce voyage extraordinaire et les découvertes faites par les deux hommes, partis pour recueillir des sculptures, peintures et ouvrages destinés à l’Œuvre de la vie d’Émile Guimet : dresser un tableau comparé des religions.

Buste d’Émile Guimet (1886) par François Girardet (1852-1932) – Collection privée

L’Égypte

Chez Émile Guimet, le goût d’ailleurs est moins une quête d’exotisme qu’un souci de comprendre l’autre et de le faire connaître. Il consigne donc ses souvenirs dans des carnets de voyage qu’il publie à son retour.

« Jeune arabe assis sur une sculpture égyptienne » (1865) par Louis Morel-Retz (1825-1899)

En 1865, j’entreprenais, comme tout le monde, un voyage de touriste en Égypte. La vue des monuments, les visites au Musée de Boulaq, la lecture du merveilleux catalogue rédigé par Mariette, attrayant même pour les profanes, attachant comme un roman, les petits objets antiques qu’on se croit obligé de rapporter, tout cela avait ouvert mon esprit aux choses des temps passés et particulièrement aux croyances encombrantes dont les symboles se déroulent en Égypte sur des kilomètres de murailles. » – Émile Guimet

Isis, bronze de l’Égypte ptolémaïque – Collection privée

Il faut […] admirer […] surtout le grand hypostyle, qui ressemble à une forêt de colonnes monstrueuses ; le plafond écroulé partout, et les nombreux oiseaux qui gazouillent dans le feuillage des chapiteaux complètent l’illusion. […] le silence, la majesté, la splendeur de ce lieu formaient un ensemble que je n’oublierai jamais. » – Emile Guimet dans « Croquis égyptiens, journal d’un touriste » (1867)

« La salle hypostyle de Karnak, Thèbes » (avant 1922) par François-Etienne Lahaye (1878-1949)

Alors que Ferdinand de Lesseps creuse le canal de Suez, Guimet découvre en Egypte sa vocation en visitant le musée de Boulaq, l’ancêtre du musée du Caire.

« Caire. Tombeau des Califes » (vers 1870-1880) par Félix Bonfils (1831-1885) – Collection privée

« La citadelle du Caire » par Constantin et Georges Zangaki

Je sentais que ces objets que je réunissais restaient muets et que pourtant ils avaient des choses à me dire, mais que je ne savais pas les interroger. Je me mis à lire Champollion, Chabas, de Rougé […] Alors se dressa devant moi cette formidable histoire de l’Égypte […] Il fallait tourner mes regards vers l’Inde, la Chaldée, la Chine. » – Emile Guimet

Le Japon

Émile Guimet et Félix Régamey arrivent au Japon en août 1876.

J’aurai pour le Japon un passeport diplomatique et une mission du gouvernement me chargeant d’étudier les religions de l’Extrême-Orient. Vous voyez qu’un dessinateur m’est indispensable. Tâchez d’être mon compagnon, nous passerons ainsi dix mois qui éclaireront tout le reste de notre vie. » – Emile Guimet

« Deux prêtres de la secte Shingon à Kyoto expliquent à Émile Guimet les qualités de leur dogme » par Félix Régamey

Les déplacements de Guilet et Régamey sont limités à quelques villes et soumis à autorisation des autorités. Ils visitent des temples et des monastères, s’initient à l’art de manger avec des baguettes et de coucher sur une natte à même le sol.

« Emile Guimet avec le grand prêtre du temple de Nikko et l’interprète Kondo » par Félix Régamey

Recommandé par les autorités japonaises, le gouverneur de Kyoto organise pour Émile Guimet des rencontres avec les représentants du shinto et d’écoles bouddhiques. Il en profite pour acheter des ouvrages et objets religieux et rituels.

« Femme et deux enfants dans le train au Japon (ligne Yokohama-Tokyo) » (1876) par Félix Régamey

Félix Régamey dessine sans relâche, croque des personnages, des monuments, des paysages.

« Seishi Bosatsu » par Kosho (actif au début du 13e siècle)

La Chine

Arrivés à Shanghaï en novembre, Émile Guimet et Félix Régamey sont déçus par la Chine, qu’ils explorent peu. Le pays leur apparaît désespérément pauvre, sale et sombre et ils n’ont guère de temps pour essayer de dépasser cette vision négative. Émile Guimet se heurte à l’incompréhension des religieux qu’il essaie d’interroger sur leurs doctrines, Félix Régamey à l’hostilité de la foule lorsqu’il tente de dessiner dans la rue.

« Pont sacré et pont banal à Nikko » par Félix Régamey

Ceylan et l’Inde

Après une escale à Singapour en janvier 1877, les deux hommes visitent les principaux sites de l’île de Ceylan, où Émile Guimet continue d’interroger moines et bonzes.

« Bonzes de Colombo » par Félix Régamey

Le pays que nous traversons est très riche et a de grandes lignes. On y voit des figuiers énormes dont les racines aériennes plusieurs fois replantées forment des cloîtres de verdure. Les lianes gigantesques composent avec des bambous hauts comme des palmiers un tissu inextricable à travers lequel le tigre seul peut circuler. » – Emile Guimet

« Bayadères » par Félix Régamey

L’exposition universelle de 1878

De retour en France après dix mois de voyage, Félix Régamey s’active à transformer les dessins esquissés sur le vif en grandes toiles didactiques destinées aux futures salles du musée. De son côté, Emile Guilet rédige un  rapport au ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts. Il fait part de sa volonté de doter la ville de Lyon d’un grand « musée religieux ».

Dans le cadre de l’Exposition universelle de 1878 à Paris, Émile Guimet présente les toiles de Régamey avec une sélection d’œuvres asiatiques, essentiellement japonaises.

Éléments de bois de char de procession avec Siva, Laksmi, Siva et Parvati

Le musée des religions

En septembre 1879, Jules Ferry inaugure, à Lyon, le musée d’Émile Guimet encore en construction. Sa vaste rotonde inscrite à l’angle de deux rues est visible de loin.

« Visnu couché sur le serpent Ananta » (17e-18e siècle)

Mais le projet peine à soulever l’intérêt de la ville. Ainsi, dès 1882, des échanges avec l’État et la Ville de Paris le conduisent à transférer son musée dans la capitale.

Ce musée a pour objet de propager la connaissance des civilisations de l’Orient et de l’antiquité classique, de faciliter les études religieuses, artistiques et historiques au moyen des images, des objets du culte et des œuvres d’art qui composent ses collections, mais l’Histoire des Religions, but primitif de sa fondation reste son objectif principal. » – Emile Guimet

Buste d’Antinoüs en Osiris », marbre du 19e siècle – Musée du Louvre

Richesse des collections

Dans la rotonde d’entrée du musée, le visiteur était accueilli par le buste d’Antinoüs en Osiris.
Au rez-de-chaussée se déployaient ses collections de céramique japonaise et chinoise, tandis que les étages étaient consacrés à la statuaire religieuse des pays d’Asie.

Réplique du mandala sculpté du Toji Yamamoto Yosuke, Japon (ère Meiji)

Le mandala du Toji

En octobre 1876, lors d’une visite au temple Toji de Kyoto, Émile Guimet est frappé par un ensemble de statues dont l’organisation, sous forme d’un mandala (un « ensemble complet » rigoureusement orienté), offre à ses yeux une explication claire de la doctrine de la secte bouddhique japonaise Shingon.
Guimet en commande une copie.

Réplique du mandala sculpté du Toji Yamamoto Yosuke, Japon (ère Meiji)

Au centre apparaît le Bouddha Vairocana (Dainichi Nyorai), entouré de quatre autres bouddhas figurant ses vertus fondamentales et les étapes de l’Éveil, eux-mêmes assistés de bodhisattva.

Une façon spectaculaire de conclure la visite !

Exposition « Le voyage illustré d’Emile Guimet en Asie »
Musée national des arts asiatiques – Guimet
6 Place d’Iéna
75116 Paris

Suivez l’actualité du musée Guimet sur Twitter : @MuseeGuimet

Source : dossier de presse de l’exposition

2 commentaires

Commentez cet article