Exposition « Graver pour le roi. Collections historiques de la Chalcographie du Louvre »
21 février – 20 mai 2019
Rotonde Sully – Musée du Louvre

Le mot chalcographie signifie « écriture sur cuivre ». Il sert à désigner en premier lieu l’art de la gravure sur cuivre et sur tout autre support de métal. Par extension, il identifie le lieu où sont conservées les planches gravées.

Détail de « La Bataille d’Arbelles » par Girard Audran d’après Charles Le Brun – Eau-forte sur cuivre aciéré

Créée en 1797, la Chalcographie du Louvre a pour vocation de diffuser l’image des chefs-d’œuvre du musée par l’estampe. Elle conserve plus de 14.000 matrices gravées sur cuivre.

« Dédale et Icare » par Johann Georg Preissler (1757-1831) d’après Joseph Marie Vien – Gravure à l’eau-forte et au burin

La Chalcographie du Louvre est née de la réunion de trois collections constituées depuis le XVIIIe siècle : le Cabinet du roi comprenant près de mille plaques célébrant le « Roi-Soleil » ; le fonds des Menus-Plaisirs qui diffusa l’image des grandes cérémonies de la Cour et des réjouissances publiques et la collection de l’Académie royale de peinture et de sculpture.

Détail de la « Tapisserie représentant l’Hiver » (1668) par Sébastien Leclerc (1637-1714) d’après Charles Le Brun – Gravure à l’eau-forte et au burin

La nouvelle exposition du Département des Arts Graphiques présente près de soixante-dix matrices gravées, exposées en regard de dessins.

« Dédale et Icare » par Johann Georg Preissler (1757-1831) d’après Joseph Marie Vien

« Louis XIV protégean les Arts » par Henri Simon Thomassin (1687-1741) d’après Louis de Boullogne – Eau-fort et burin sur cuivre aciéré (1728)

« Job tourmenté par sa femme et par les démons » par Lucas Vosterman (1595-1675) d’après Pierre Pau Rubens – Burin sur cuivre aciéré (vers 1622-1628)

L’art des graveurs

L’exposition permet de découvrir l’art de la gravure en rendant hommage à de grands artistes souvent méconnus.

Parmi les différentes expressions de l’art plastique, l’eau-forte est celle qui se rapproche le plus de l’expression littéraire et qui est le mieux faite pour trahir l’homme spontané. Donc, vive l’eau-forte. » – Charles Baudelaire dans « L’’eau-forte est à la mode »

Détail de « La Bataille d’Arbelles » par Girard Audran d’après Charles Le Brun – Eau-forte sur cuivre aciéré

Détail de « La Bataille d’Arbelles » par Girard Audran d’après Charles Le Brun – Eau-forte sur cuivre aciéré

Détail de « La Bataille d’Arbelles » par Girard Audran d’après Charles Le Brun – Eau-forte sur cuivre aciéré

Détail de « La Bataille d’Arbelles » par Girard Audran d’après Charles Le Brun – Eau-forte sur cuivre aciéré

Détail de « La Bataille d’Arbelles » par Girard Audran d’après Charles Le Brun – Eau-forte sur cuivre aciéré

Les vraies images sont des gravures. L’imagination les grave dans notre mémoire. Elles approfondissent des souvenirs vécus, elles déplacent des souvenirs vécus pour devenir des souvenirs de l’imagination. » – Gaston Bachelard

En une sélection très personnelle de quelques œuvres, je vous invite à un tour d’horizon de certaines sections de l’exposition.

« Représentation des machines qui ont servi à élever les deux grandes pierres qui couvrent le fronton de la principale entrée du Louvre » par Sébastien Leclerc (1637-1714) – Gravure à l’eau-forte et au burin (1676)

Les collections artistiques

Louis XIV constitua une grande collection de tableaux de maîtres italiens et de statues et bustes antiques. Au cours des années 1670, des graveurs représentèrent certaines de ces œuvres sur cuivre.

Atalante Mazarin, marbre du IIe siècle – Musée du Louvre

« Statue en marbre d’une jeune chasseresse » par Claude Mellan (1598-1688) d’après l’Atalante Mazarin – Gravure au burin (1671)

Colbert fit également graver les tableaux de l’histoire d’Alexandre peints par Charles Le Brun dans les années 1660 pour la manufacture des Gobelins.

Détail de « Alexandre et Porus »par Girard Audran (1640-1703) d’après Charles Le Brun – Eau-forte sur cuivre aciéré

« Alexandre et Porus »par Girard Audran (1640-1703) d’après Charles Le Brun

Les bâtiments royaux

Plusieurs séries de gravures témoignent du poids symbolique que l’architecture et les jardins de Versailles eurent dans la représentation du siècle de Louis XIV, monarque qualifié de « roi bâtisseur ». Elles ont participé à la diffusion, dans l’Europe entière, du modèle des jardins « à la française « .

« Intérieur de la grotte de Versailles » par Jean Lepautre (1618-1682) – Eau-forte et burin sur cuivre aciéré (1676)

Sébastien Leclerc grava les cartons de tapisserie peints par Charles Le Brun sur le cycle des Saisons et des Éléments.

Détail de la « Tapisserie représentant l’élément de l’Eau » (1668) par Sébastien Leclerc (1637-1714) d’après Charles Le Brun – Eau-forte et au burin sur cuivre aciéré

L’histoire du roi

Le Cabinet du roi voulut d’abord montrer par l’estampe les fêtes et les grandes réalisations architecturales et scientifiques du règne de Louis XIV. Mais nombre de commandes de gravures faites par l’administration royale eurent pour finalité de mettre en scène visuellement l’histoire du roi.

Détail de « Le Roi arme sur terre et sur mer » par l’Atelier de Charles Le Brun (1619-1690) – Pierre noire, rehauts de gouache blanche, lavis brun sur deux morceaux de papier beige

Détail de « Le Roi arme sur terre et sur mer » par l’Atelier de Charles Le Brun (1619-1690)

Les fêtes royales sous Louis XV et Louis XVI

À partir du règne de Louis XV, Les Menus-Plaisirs, qui dépendaient de la Maison du roi, souhaitèrent reprendre, les commandes de gravures afin d’immortaliser les fêtes et divertissements que cette administration était chargée d’organiser, notamment à l’occasion des mariages princiers.

« Illumination et feu d’artifice donnés à Meudon pour le Dauphin le 3 septembre 1735 » par Charles Nicolas Cochin fils (1715-1790) – Gravure à l’eau-forte pure – Prêt de la Bibliothèque nationale de France

Détail de « Illumination et feu d’artifice donnés à Meudon pour le Dauphin le 3 septembre 1735 » par Charles Nicolas Cochin fils (1715-1790) – Gravure à l’eau-forte et au burin (1737) – Prêt de la Bibliothèque nationale de France

Les morceaux de réception

Fondée en 1648, l’Académie royale accueillit des graveurs dans ses rangs dès les années 1660. Les graveurs avaient obtenu de Louis XIV que la pratique de leur art soit libre et non encadrée. L’Académie fut donc beaucoup moins contraignante avec eux sur la remise d’un morceau de réception, cet usage étant resté beaucoup plus strict pour tous les autres artistes.

« Portrait de Charles Le Brun » par Gérard Edelinck (1640-1707) d’après Nicolas de Largillière (1656-1746) – Gravure au burin (1684)

« Portrait de Charles Le Brun » par Gérard Edelinck (1640-1707) d’après Nicolas de Largillière (1656-1746)

Les achats par l’Académie de Fonds de planches gravées

Durant la seconde moitié du XVIIIe siècle, près de 500 plaques d’après des tableaux de Nicolas Poussin, Charles Le Brun, Pierre Paul Rubens et Antoine Van Dyck furent acquis par l’Académie en provenance de plusieurs fonds de planches gravées d’éditeurs parisiens.

« Chiron enseigne à Hercule à tirer à l’arc » par Jean Pesne (1623-1700) d’après Nicolas Poussin – Eau-forte sur cuivre aciéré (vers 1675-1676)

« Hercule et la reine des Amazones » par l’Atelier de Nicolas Poussin – Plume et encre brune, lavis gris, rehauts de blanc sur papier beige

« La Femme adultère » par Girard Audran (1640-1703) d’après Nicolas Poussin (1594-1665) – Eau-forte et burin sur cuivre aciéré

Diffuser les chefs-d’œuvre du Louvre

Après la création en 1797 de la Chalcographie du Louvre, ces planches gravées continuèrent à être imprimées pendant près de deux siècles.

Le Louvre vient d’annoncer qu’à partir de 2020,  les matrices antérieures à 1848 ne pourront plus servir à l’impression dans les ateliers de la Réunion des musées nationaux.

Source : dossier de presse de l’exposition

« Suzanne au bain » par Carlo Antonio Porporati (1741-1816) d’après Jean-Baptiste Santerre – Prêt de la Bibliothèque nationale de France

En savoir +

Sur la page dédiée à l’exposition sur le site Internet du Louvre

Exposition « Graver pour le roi. Collections historiques de la Chalcographie du Louvre »
21 février – 20 mai 2019
Rotonde Sully – Musée du Louvre

Partager

Commentez cet article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.