Exposition « Ai Weiwei : Fan-Tan »
20 juin – 12 novembre 2018
Mucem (Marseille)

Ai Weiwei est un artiste chinois né en 1957. Sculpteur, photographe et activiste sur les réseaux sociaux… il cultive l’art de l’interpellation et de la provocation dans ses oeuvres. Arrêté par la police en 2011 pour une cause officiellement qualifiée d’ « évasion fiscale », il a été libéré 81 jours plus tard mais assigné à résidence, avec diverses interdictions comme celle de parler à la presse. Cette arrestation et cet enfermement ont provoqué l’indignation internationale.

Menottes en jade (2015)

L’œuvre d’Ai Weiwei est profondément rattachée à son histoire familiale mais aussi à l’histoire politique et culturelle de la Chine. Il est le fils du poète et intellectuel Ai Qing (1910-1996) auquel il rend hommage dans l’exposition du Mucem. Le père de l’artiste a découvert l’Occident en 1929 en débarquant à Marseille, sur les quais de la Joliette, à l’endroit-même où se situe aujourd’hui le Mucem.

Masque en bronze (2014) du visage du père de l’artiste

L’artiste a gravé la déclaration des Droits de l’Homme et la déclaration des Droits de la Femme d’Olympe de Gouges sur deux savons de Marseille d’une tonne chacun.

Après une exposition en 2012 au Jeu de Paume (Paris) consacrée à l’œuvre de photographe et d’animateur des réseaux sociaux d’Ai Weiwei, l’exposition du Mucem présente des pièces réalisées dans les années 1980, lorsqu’il vivait à New York, ainsi que de nouvelles pièces créées spécialement pour cette exposition, notamment ces œuvres en savon de Marseille.

« Chaussure pour un homme » (1987) – Cuir et bois

Découpe d’iPhone dans une hache en jade (2015)

Il appartient pleinement à notre époque et sait communiquer avec les moyens du XXIe siècle : il a ainsi su s’emparer des réseaux sociaux, comme Andy Warhol a pu le faire en son temps, notamment avec la télévision. » – Judith Benhamou-Huet, commissaire de l’exposition

Un doigt d’honneur est reproduit sous toutes ses formes, en moulages de verre ou sur une vaisselle de porcelaine.

L’artiste se met aussi en scène, dans un montage en Lego, en train de casser une urne de la dynastie Han.

« Laisser tomber une urne de la dynastie Han » (2015) – Briques de Lego

« Cercle d’animaux » (2012) – Pièces en bronze, patine dorée et supports en bois

Dans son film documentaire « Human Flow », Ai Weiwei rend compte de l’ampleur catastrophique de la crise des migrants, notamment en Méditerranée, avec l’engagement citoyen et le regard humaniste qui le caractérisent.

« Pneu » (2016) – Marbre

Mucem
Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée
7 Promenade Robert Laffont
13002 Marseille

Commentez cet article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.