Exposition depuis le 26 mai 2016
Crypte archéologique de l’île de la Cité

Depuis les Gaulois Parisii, Jules César, l’empereur Julien, Philippe IV le Bel, Charles V jusqu’à Napoléon III, l’exposition retrace l’histoire de Paris à travers ses pièces de monnaies.
Déambulation en images sous le parvis de Notre-Dame…

Les Gaulois Parisii

Les Parisii sont installés depuis le IIIe siècle avant notre ère dans une petite région autour de l’actuelle ville de Paris.
Leurs monnaies sont faites de pièces d’or et des pièces de bronze de moindre valeur mais davantage utilisées dans la vie courante, appelées « potins ». Les décors sont stylisés, avec un visage de profil sur le droit et un cheval au revers.

Jules César

Dans « La Guerre des Gaules », César raconte sa victoire contre les peuples gaulois. Un épisode décisif se situe dans la cité des Parisii : la Bataille de Lutèce.
L’aureus ci-dessous figure Jules César, premier à se faire représenter sur des monnaies de son vivant à Rome.

L’Empereur Julien

Julien, dit l’Apostat à cause de sa tentative de rétablir le culte païen, est au pouvoir entre 361 et 363. D’abord établi en Gaule, il est acclamé empereur par ses troupes à Lutèce, sur l’Île de la Cité.
Sur ce solidus d’or frappé à Antioche entre 360 et 363, Julius, debout, tire un captif par les cheveux de la main droite et tient un trophée dans la main gauche.

Faustine la jeune

Au IIe siècle, Lutèce se dote d’un forum, d’un amphithéâtre, de plusieurs thermes et d’un aqueduc. C’est le siècle de la dynastie des Antonins (96-192) : Hadrien, Antonin le Pieux et Marc Aurèle.
Les femmes de la famille impériale contribuent à la popularité de l’empereur et à sa renommée. Ci-dessous un aureus figurant Faustine la jeune, impératrice et épouse de Marc Aurèle.

Antonin le pieux

Antonin le Pieux, empereur de 138 à 161, est représenté de profil et porte une couronne de laurier, attribut du triomphe militaire. L’inscription indique : « ANTONINVS AVG PIVS PP TRP COS III », à savoir « Antonin Auguste pieux père de la patrie, puissance tribunicienne, quatrième consulat ».

Octave

D’abord connu sous le nom d’Octave, Auguste est désigné héritier de Jules César à sa mort en 44 avant J.-C. C’est sous son règne que la Lutèce gallo-romaine est fondée, dans le dernier quart du Ier siècle avant J.-C.
La monnaie ci-dessous a été trouvée lors de fouilles menées en 1993. Il s’agit d’un exemplaire rare d’une monnaie d’Octave frappée en 38 avant J.-C. alors qu’il n’est pas encore Auguste.

Philippe IV le Bel

Depuis l’époque mérovingienne, il n’y avait pratiquement plus d’or dans le monnayage en Occident mais de l’argent et du bronze. C’est Philippe IV le Bel (1285-1314) qui réintroduit l’or dans le système monétaire.
Son règne connaît une grande instabilité financière en raison de la multiplication de nouvelles monnaies qui déclenchent le mécontentement général. Il est surnommé « le faux monnayeur ».

Charles V

Après la prise du pouvoir de 1358 par le prévôt des marchands Etienne Marcel pendant la captivité de Jean
II le Bon, Charles V (1364-1380) veut changer de palais. Il abandonne celui de la Cité au Parlement de Paris et rénove le Louvre.

Ci-dessous, Charles V est représenté sur un cheval au galop. Il est coiffé d’un heaume couronné avec un lys à son sommet.

Si Charles V continue de faire frapper le « franc à cheval », cette monnaie sera ensuite remplacée par le « franc à pied ». Sur cette monnaie appelée officiellement « denier d’or aux fleurs de lys », le roi est représenté debout sous un dais. Il tient l’épée et la main de Justice et porte une cotte d’armes fleurdelysée.
Découvrez d’autres monnaies et d’autres histoires en visitant l’exposition !

Le saviez-vous ?

La loi du 18 germinal An III (7 avril 1795) est une date historique pour la monnaie : c’est la naissance du système décimal : livre, sou et denier sont abandonnés au profit des francs et des centimes.
Le franc devient la monnaie nationale en France pour deux siècles.

Pièce de 100 francs en or figurant Napoléon III (1859)

Crypte archéologique de l’île de la Cité
7, place Jean Paul II
Parvis Notre-Dame
75004 Paris

Située sous le parvis de la cathédrale Notre-Dame de Paris, la Crypte archéologique présente les vestiges découverts lors de fouilles réalisées entre 1965 et 1972. Le visiteur peut notamment découvrir les vestiges du quai du port de l’antique Lutèce, un établissement de bains publics gallo-romain ou encore un mur d’enceinte du IVe siècle.

En savoir +

Consultez la page dédiée aux expositions de la Crypte archéologique.

Commentez cet article