Un portrait de Pompée (106-48 avant J.-C.) fait son entrée au Louvre.

Il a été sculpté vers le milieu du Ier siècle avant J.-C., donc peu de temps après la mort de Pompée. Il s’agit sans doute d’une commande de l’entourage de ses fils, lesquels continuaient à jouer un rôle politique dans le parti opposé à Octave-Auguste.

Seuls deux autres portraits de Pompée sont aujourd’hui connus : l’un est conservé au musée archéologique de Venise et l’autre à la glyptothèque Ny Calrsberg de Copenhague.

Parmi les grands hommes de la fin de la République romaine, le nombre total de portraits attestés est extrêmement réduit. Un exemplaire d’un portrait de César, l’adversaire et ennemi politique de Pompée, a été retrouvé en 2007 dans le Rhône (photo ci-dessous). Il est aujourd’hui exposé au Musée Arles Antique.

– Jules César, portrait sculpté de son vivant – Musée Arles Antique

Le portrait de Pompée qui fait son entrée au Louvre s’inspire des portraits d’Alexandre le Grand et des rois qui règnent en Orient après la mort du conquérant grec. Le sculpteur a copié directement sur le modèle en bronze que Pompée avait fait réaliser de son vivant.

Le Louvre possède notamment un autre marbre représentant Pompée, jeune cette fois-ci, sculpté par un artiste romain, dans un style « un peu hâtif »…

L’achat de cette sculpture, pour un montant de 1,2 millions d’euros, a été réalisé par la Société des Amis du Louvre pour le département des Antiquités grecques étrusques et romaines du Louvre.

Dans les « Vies des hommes illustres », Plutarque raconte les circonstances de la mort de Pompée :

Pompée prit des tablettes où il avait écrit un discours grec qu’il se proposait d’adresser à Ptolémée, et se mit à le lire. […] Septimius lui porte un premier coup d’épée par derrière, au travers du corps ; puis Salvius, après lui, puis Achillas tirèrent leurs épées. Pompée, prenant sa toge des deux mains, s’en couvre le visage, et se livre à leurs coups, sans rien dire ni rien faire d’indigne de lui, et jetant un simple soupir. Il était âgé de cinquante-neuf ans, et fut tué le lendemain de son jour natal. À la vue de ce meurtre, ceux qui étaient dans les navires poussèrent des cris affreux, qui retentirent jusqu’au rivage. […] Les assassins coupèrent la tête de Pompée, et jetèrent hors de la barque le corps tout nu, qu’ils laissèrent exposé aux regards de ceux qui voulurent se repaître de ce spectacle. »

Sources :
Article publié sur le site Internet de la Société des Amis du Louvre
« Vies des hommes illustres – Pompée » par Plutarque – Traduction par Alexis Pierron. Charpentier, 1853

Un commentaire

Commentez cet article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.