Basse-Egypte, Alexandrie
4e-5e siècle
Médailles et Antiques de la Bibliothèque nationale de France

Le bijou a une longue tradition d’objet magique. Depuis la Préhistoire, toutes les cultures égyptienne, celte, viking, africaine, amérindienne ont confectionné des amulettes, portées à même le corps ; des objets capables d’attirer la fortune ou de conjurer le mauvais sort, en faisant appel à des divinités aux pouvoirs magiques.

Les appels à la fécondité sont fréquents et prennent différentes formes plus ou moins stylisées, comme ce pendentif datant du Ier-IIIe siècle.

Pendentif en forme de phallus datant du Ier-IIe siècle – Exposition « Médusa : bijoux et tabous »

Le bracelet ci-dessous, conservé par la Bibliothèque nationale de France, est présenté au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris dans le cadre de  l’exposition « Medusa : bijoux et tabous ».

Sur ce bracelet, la déesse Isis est symbolisée par un signe en forme de cornes d’Hathor entourant le disque solaire. Ce symbole est présent – de façon toutefois incomplète – dans le fronton du naïskos, le petit temple à colonnes, représenté sur le bijou.

Ce bracelet était destiné à assurer la protection, par la déesse Isis, d’une femme en couches.
L’inscription « EYTOKI » (au-dessous du temple) signifie : « Accouche heureusement ».

Datant du 4e ou du 5e siècle, ce bijou témoigne de la persistance du culte d’Isis à une époque tardive.

En savoir +

Description du bracelet sur le site Internet de la Bibliothèque nationale de France

Découvrez l’exposition du Musée d’Art moderne de la Ville de Paris

Exposition « Medusa : bijoux et tabous »

Commentez cet article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.